1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Julie Gayet rend hommage aux pionnières souvent effacées de l'histoire du cinéma
3 min de lecture

Julie Gayet rend hommage aux pionnières souvent effacées de l'histoire du cinéma

Garcia, Bruni Tedeschi, Maïwenn, Varda, Guy... Le cinéma au féminin, c'est le thème du livre "100 grands films de réalisatrices" préfacé par Julie Gayet.

Julie Gayet
Julie Gayet
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Le cinéma au féminin, c'est le thème du livre "100 grands films de réalisatrices" préfacé par Julie Gayet. Stéphane Boudsocq a rencontré l'actrice et productrice française.
20:22
Le cinéma au féminin, c'est le thème du livre "100 grands films de réalisatrices" préfacé par Julie Gayet. Stéphane Boudsocq a rencontré l'actrice et productrice française.
20:22
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq
Animateur

100 grands films de réalisatrices, c'est le titre d'un ouvrage signé Véronique Le Bris qui paraît chez Gründ et Arte Éditions. L'actrice et productrice Julie Gayet signe la préface de ce livre qui parcourt l'histoire du cinéma en pointant les grandes réussites et les grandes injustices du cinéma au féminin.

Il faut savoir que, dès le tout début, les choses sont parties en vrille... Connaissez-vous Alice Guy ? C'est une Française née en 1873, disparue en 1968... Sans elle, nous n'aurions sans doute pas pu voir des films de fiction... Julie Gayet a découvert l'existence de cette pionnière essentielle lors d'une discussion avec une autre comédienne : Alexandra Lamy

"Elle m'a dit c'est la première personne qui a décidé de faire de la fiction avec les caméras de cinéma des Frères Lumière. Je me suis dit : 'C'est dingue ! Comme ça se fait qu'on ne parle pas d'elle ?' Alice Guy était la secrétaire de Gaumont et elle est allée le voir en lui disant qu'il faudrait 'raconter des histoires'. Il lui a dit de le faire, que c'était 'un truc de jeunes filles'. Elle va donc créer des décors, des costumes et faire les premiers films avec des histoires, raconte Julie Gayet. Elle crée la fiction avec des acteurs. Elle crée aussi les gros plans. C'est vraiment la première réalisatrice, même la première de tous les réalisateurs. Aux Etats-Unis elle ne veut pas faire d'ombre à son mari donc elle monte le premier studio indépendant. Donc elle était aussi la première productrice (...). Elle a dû faire plus de 600 films ! Et on l'a oublié...", constate-t-elle.

"100 grands films de réalisatrices"
"100 grands films de réalisatrices"
Crédit : Gründ / Arte

Vous découvrirez l'épopée d'Alice Guy et du premier film de fiction de l'histoire, La fée aux choux dans ces 100 grands films de réalisatrices, qui s'attarde aussi sur des œuvres mondialement connues, de Wonder Woman à Diabolo menthe, de Mama Mia à Yentl ou de Polisse à Cléo de 5 à 7.

À lire aussi

Julie Gayet décrit aussi comment Agnès Varda fut la première réalisatrice de la Nouvelle Vague et comment, malgré la gloire et les récompenses, elle avait toujours du mal à financer ses films. Nicole Garcia, Valeria Bruni Tedeschi, Maïwenn... Autant de parcours singuliers à découvrir. Julie Gayet note que les femmes dans le monde encore très masculin de la production sont rares, en particulier pour les grosses productions. Elle remarque que les femmes produisent souvent de petits films ou des documentaires. "Tout ce qui est précaire et qui coûte moins cher, c'est pour les femmes !", dit-elle. 

La situation s'améliore néanmoins depuis une dizaine d'années, dans le monde entier y compris en Asie ou dans le monde arabe où le chantier est encore immense. Les récents mouvements de libération de la parole des femmes sur les questions de la parité, des violences, de la diversité, portent leurs fruits... Une des favorites des prochains Oscars sera Chloé Zhao, scénariste-réalisatrice et productrice chinoise. Mais égalité ne veut pas dire uniformité : pour Julie Gayet il y a une manière féminine de mettre en scène un film...

"Les rôles de femmes de plus de 50 ans sont souvent créés par des femmes. Le rapport à la séduction, les scènes d'amour... ne sont pas filmées de la même manière, remarque Julie Gayet. Les femmes ne filment pas de la même manière les hommes. Il y a aussi des sujets : les règles, la stérilité, avoir un enfant ou ne pas en avoir... C'est comme dans la littérature. Il n'y a pas la même écriture. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas une certaine sensibilité chez certains hommes et c'est ensemble qu'on peut faire changer les choses."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/