5 min de lecture Netflix

"Emily in Paris", la série délicieusement insupportable obsédée par Brigitte Macron

NOUS L'AVONS VU - La nouvelle comédie romantique de Netflix présente une incroyable collection de clichés sur la France, mais réussi malgré tout à nous séduire...

Lily Collins et Samuel Arnold dans "Emily in Paris"
Lily Collins et Samuel Arnold dans "Emily in Paris" Crédit : Netflix
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Emily in Paris est tout ce que vous pouviez craindre ou espérer en regardant sa bande-annonce. La nouvelle comédie romantique de Netflix est un plaisir coupable total qui fascinera les Américains intrigués par la France (sans vraiment connaître le pays) et fera hurler les Français et en particulier les Parisiens.

Il faut dire que le créateur de Sex and The City, Darren Star, qui est à la tête de cette nouvelle série, n'y va pas de main morte pour aligner les clichés sur notre beau pays. Avant d'arriver à l'avalanche de croissants, de robes de belles maisons, de cigarettes et de dragueurs invétérés, de quoi parle Emily in Paris exactement ? 

Cette première saison compte 10 épisodes et raconte les aventures d'Emily Cooper, une Américaine originaire de Chicago qui vient travailler un an à Paris pour aider une vieille maison de luxe française à se moderniser. Spécialisée dans la culture américaine, le marketing et les réseaux sociaux, Emily se confronte aux bonnes vieilles habitudes de la vie professionnelle et quotidienne française.

>
Emily in Paris | Bande-annonce officielle VOSTFR | Netflix France

Gossip Girl s'habille en Prada

Première influence majeure des créateurs d'Emily in Paris : Le Diable s'habille en Prada. On y retrouve la fascination pour la capitale française, la mode et une boss tyrannique (ici, Sylvie, jouée par l'impeccable Philippine Leroy-Beaulieu que les téléspectateurs connaissent de Dix Pour Cent). Les fans du film se feront même la réflexion que le prénom "Emily" est aussi celui du personnage très francophile joué par Emily Blunt. Un clin d’œil qui ne peut pas être totalement fortuit. Seconde référence : Gossip Girl. Mais là, Emily in Paris va jusqu'à le dire clairement dans un échange assez drôle entre l'héroïne et un ersatz de Karl Lagarfeld. Ajoutez un soupçon de Dix pour cent "et voilà !"

À lire aussi
Kristin Scott Thomas et Lily James dans "Rebecca" Cinéma
"Rebecca" (Netflix) : que vaut cette nouvelle adaptation du roman de Daphné du Maurier ?

Emily va se confronter à la culture du travail à la française (être snob, arriver tard, boire et fumer constamment, en gros) et aux beaux garçons de Paris. Après avoir rompu avec son petit ami américain en un claquement de doigt, Emily va lentement tomber au cœur d'un triangle amoureux avec son voisin-cuistot-mannequin et une amie parisienne. Dans Emily in Paris, les Français sont tous des séducteurs, tous. Du quasi-pervers au prince charmant. Baise-main, propositions scandaleuses, lingerie offerte... Vous n’échapperez à rien. 

Lily Collins et Lucas Bravo
Lily Collins et Lucas Bravo Crédit : STEPHANIE BRANCHU/NETFLIX

Le Français est un amant parfait, intellectuel et arrogant au mieux. On retrouve ici l'image de Pépé le Putois (Pepé Le Pew dans les dessins animés Looney Tunes), animal obsédé qui parlait avec un fort accent français et qui a marqué la pop-culture américaine. Si les Français sont des lourds et sentent mauvais dans l'imaginaire américain, c'est "grâce" à lui. Là est le charme très irritant de la série : une accumulation monstrueuse de clichés. 

"So cliché"

Emily in Paris ne vous épargnera rien sur la France et Paris. Les déjections canines, les ruelles romantiques, la cigarette, les roses fraîches, les goujats et les princes charmants, les appartements haussmanniens, les croissants, la Tour Eiffel, la cruauté des serveurs, les tenues incroyables et les talons hauts... Tous les clichés possibles et imaginables sur l'Hexagone sont réunis et condensés dans ces épisodes de moins de 30 minutes. 

Si vous vouliez une série documentaire et réaliste, vous serez déçus. Mais accrochez-vous car vous allez quand même entendre La Vie en rose entre deux morceaux d’accordéon dans le Jardin des Tuileries, le tout sans second degré... Vous lèverez les yeux au ciel, mais la légèreté du scénario et les personnages caricaturaux mais attachants vous fera enchaîner les épisodes malgré tout. En parlant des personnages, notons l'excellente performance d'Ashley Park qui joue la "BFF" d'Emlily, Mindy Chen. Fille de milliardaire et ancienne gloire d'un télécrochet devenue nounou à Paris , elle est un vrai bol d'air frais. Mindy a les meilleures punchlines de la série et fascine dès qu'elle est à l'écran. Elle apporte un second degré bienvenu.

Ashley Park
Ashley Park Crédit : Carole Bethuel/Netflix

Car il faut une sacrée dose de second degré pour digérer des dialogues comme "Si tu as faim je t'emmène manger une crêpe à Montmartre ? C'est le plus bel endroit pour voir le soleil se lever" et entendre répondre "Je ne suis pas là pour partager une crêpe, je veux la manger en entier". Oui, la métaphore à base de crêpe pour parler d'amour, seule Emily in Paris est capable d'une chose pareille... 

La fascination Macron

Si Emily in Paris passe habilement à côté des problèmes socio-économiques français - des gilets jaunes à nos légendaires grèves - la série n'oublie pas d’évoquer la présidence de la République. Glamour et légèreté obligent, c'est par le prisme du people que le couple Macron intègre discrètement l'intrigue. Il ne faut pas attendre plus d'une minute dans le premier épisode pour qu'une référence à l'histoire d'amour singulière entre Emmanuel et Brigitte Macron soit évoquée. Et plus qu'une évocation, le couple élyséen devient un vrai symbole de l'art d'aimer à la française. "Les Français aiment les femmes plus âgées, lance le personnage de Kate Walsh (Grey's Anatomy, 13 Reasons Why). Regarde leur président, il est jeune et sexy et il a épousé son institutrice". 

Une généralité qui colle encore une fois un cliché sur la totalité des Français et qui exagère la réalité puisque Brigitte Macron était la professeure de lettres d’Emmanuel Macron lorsque ce dernier était lycéen. Le terme "school teacher" utilisé par Kate Walsh (et non "high school teacher") pourrait faire croire aux Américains que Brigitte Macron a commencé sa relation avec son élève en primaire... et rendre, de facto, la référence bien moins légère.

La terrasse parisienne où nous deux héroïnes partagent des croissants chaque matin
La terrasse parisienne où nous deux héroïnes partagent des croissants chaque matin Crédit : STEPHANIE BRANCHU/NETFLIX

Outre ce démarrage en fanfare, Brigitte Macron apparaît directement dans la série. Du moins une actrice imitant sa silhouette de dos. Brigitte Macron est même responsable de la soudaine célébrité sur Instagram de l’héroïne après avoir repartagé un des visuels d'Emily qui critique le fait que le mot "vagin" soit masculin en français. Un post féministe repéré (ça ne s'invente pas) par l'ex-Première dame Carla Bruni qui s'est dépêchée de partager l'information à l'actuelle locataire de l'Élysée. Bernadette Chirac, Julie Gayet ou Valérie Trierweiler ne sont sans doute pas assez connues à l'international pour être mentionnées, mais avec l'ex-mannequin-chanteuse-First Lady Carla Bruni et vous êtes sûr d'avoir une référence suffisamment glamour pour Emily in Paris

Qu'on se le dise, les abonnés de Netflix étrangers n'apprendront rien de la culture française, de notre langue, de Paris ou même des Macron. Seuls les éléments français qui irriguent déjà la culture mondiale sont présents dans cette série. "Chanel", "macarons", "ménage à trois" et intrigue "oulala" sont les ingrédients principaux du cocktail Emily in Paris. Un cocktail léger, pas révolutionnaire pour un sou, très Américain mais qui se boit finalement très bien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Netflix Séries Télévision
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants