2 min de lecture Littérature

Les expressions françaises et les erreurs qui y sont associées

Intraduisibles littéralement et souvent mal utilisées, les expressions idiomatiques sont le sel de la langue.

Muriel Gilbert Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert
>
Ces anglicismes qui s'insinuent discrètement dans notre langue Crédit Image : Julien Knaub / SIPA / RTL | Crédit Média : Muriel Gilbert | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

"Les bras m'en tombent", "les yeux plus gros que le ventre", ces images-là sont le sel de langue. On les appelle "expressions idiomatiques". C'est un peu compliqué, mais ça veut juste dire qu'elles sont caractéristiques d'un idiome, d'une langue. Ca veut dire aussi qu'on ne peut pas les traduire littéralement dans une autre. Si vous dites à un Anglais "you've got a spider on your ceiling" - ça veut dire "vous avez une araignée au plafond"-, c'est vous qu'il va prendre pour un barjo. Ou alors, il va sortir son balai pour faire son ménage. Parce que chez lui, cette expression se dit "avoir des chauves-souris dans le clocher" ("to have bats in the belfry"), ou alors "avoir une abeille dans le bonnet" ("to have a bee in your bonnet").

Ces expressions sont dites "figées". Par exemple, on dit "Bernard est dans une colère noire", ou "il est rouge de colère". Mais il n'est jamais "noir de colère". On peut aussi dire "Muriel est verte de rage", mais elle ne sera jamais "verte de colère". Et on entend souvent beaucoup d'erreurs. Comme l'expression "retomber comme des soufflets". Mais l'expression, c'est "retomber comme un soufflé", cette délicieuse spécialité au fromage qui a tendance, éventuellement, à retomber. Mais ce n'est pas comme un "soufflet" pour la cheminée ou la gifle à la mode des petites filles modèles.

"Œil du cyclone" et "alternative"

On entend aussi souvent "le retour de l'enfant prodige", mais l'expression, c'est "le retour de l'enfant prodigue". C'est celui qui revient au domicile paternel après avoir dilapidé son bien, allusion à une parabole de l'évangile. J'ai entendu aussi récemment "Dustin Hoffman est dans l'œil du cyclone". Mais justement, l’œil du cyclone, c'est ce petit instant de répit, cette zone de calme au milieu de la tempête. Il s'agit donc d'un parfait contresens si l'on veut parler de quelqu'un qui est dans une mauvaise passe. 

À lire aussi
Alberto Manguel littérature
"Les Livres ont la parole" : "Je remballe ma bibliothèque" d'Alberto Manguel

Un petit rappel en bonus : on ne dit pas "il y a deux alternatives", à moins qu'il y ait quatre solutions. Parce qu'une alternative, ce sont déjà deux solutions. Moins connue, peut-être, la question de "soi-disant". Littéralement, ça veut dire "qui se prétend", "qui se dit". Donc, on ne devrait pas parler d'un "soi-disant château" ou d'une "soi-disant bonne affaire", puisque le château ou la bonne affaire ne peuvent rien dire. On peut parler d'un "soi-disant érudit", "d'une soi-disant actrice", mais pour les objets, on dira : "un prétendu château" ou "une prétendue bonne affaire". À noter que "soi-disant" est invariable.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Mots Orthographe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790911028
Les expressions françaises et les erreurs qui y sont associées
Les expressions françaises et les erreurs qui y sont associées
Intraduisibles littéralement et souvent mal utilisées, les expressions idiomatiques sont le sel de la langue.
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/les-expressions-francaises-et-les-erreurs-qui-y-sont-associees-7790911028
2017-11-11 09:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3ax2z0dBFqFxkMH0b_QIvQ/330v220-2/online/image/2017/0904/7789953476_muriel-gilbert.jpg