3 min de lecture Coronavirus

Covid-19 : les nouvelles mesures vont-elles impacter le monde de la culture ?

Olivier Véran a annoncé de nouvelles limitations des libertés pour endiguer l'épidémie et prévenir la survenance d'une seconde vague.

Le directeur du cinéma Majestic à Paris le 7 mai 2020
Le directeur du cinéma Majestic à Paris le 7 mai 2020 Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et AFP

Les nouvelles mesures sanitaires annoncées par le ministre de la Santé Oliver Véran le mercredi 23 ont eu le chic pour mettre en colère tous les acteurs concernés. Les professionnels de la restauration et les bistrotiers ont fait connaître leur colère et leur incompréhension. "C'est une décision inique de la part du gouvernement qui ne cherche qu'à tenter de cacher son incapacité à gérer la crise. C'est une mesure injustifiée car les contaminations surviennent dans le milieu privé et familial, déclarait Franck Trouet, porte-parole du syndicat patronal GNI, qui représente les indépendants de l'hôtellerie et de la restauration.

"Et c'est discriminatoire, parce qu'on nous stigmatise. Enfin, c'est contre-productif, ajoutait-il , en fermant nos établissements à 22h on pousse nos clients à faire la fête ailleurs: les plages et bords de fleuves tant qu'il fait beau, et demain les appartements privés", a-t-il ajouté. Une incompréhension partagée par le chef Philippe Etchebest.

Si les bars et restaurants se voient une nouvelle fois amputés, les nouvelles règles vont aussi avoir un impact sur les rassemblements autorisés ou non. La jauge maximale pour les grands événements va être abaissée à 1.000 personnes, contre 5.000 jusqu'ici, dans les onze métropoles en "zone d'alerte renforcée", une mesure qui va par exemple impacter les rassemblements sportifs comme le tournoi de Roland Garros qui débute dimanche. 

Statu quo pour les cinémas et théâtres

Les salles de sport et des gymnases, car "ce sont des espaces confinés où le port du masque est impossible voir a minima complexe et qui sont des lieux hélas de contamination importants", seront aussi fermés dans ces zones. Ces mesures, décidées pour une durée de deux semaines, concernent les métropoles de Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Paris et sa petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier. Les salles de spectacles, théâtres et cinémas sont quant à elles protégées, pour l'heure, par les mesures de distanciation mises en place depuis des semaines et le port du masque obligatoire.

À lire aussi
Carla Bruni dans On Refait La Télé people
Carla Bruni révèle pourquoi elle évite les plateaux avec Nicolas Sarkozy

Une mesure similaire visant les pubs a été prise chez nos voisins britanniques quelques jours auparavant l'annonce d'Olivier Véran. L'interdiction du public pour les événements sportifs et la fermeture pure et simple des salles de concert comptent parmi la prochaine batterie de mesures pouvant être rapidement mises en place pour serrer la vis outre-Manche. Un modèle que pourrait suivre le gouvernement français pour éviter l'engorgement éventuel des hôpitaux. Avec un risque : celui de ne plus être compris et écouté par la population qui, à l'instar de l'acteur Nicolas Bedos, ne supportent plus ces restrictions des libertés. Le gouvernement doit trouver l'équilibre précaire entre responsabilité sanitaire, maintien de l'activité économique et acceptabilité des normes par la population. 

La culture sous perfusion

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a détaillé les mesures destinées à venir en aide au cinéma, alors que le plan de relance du gouvernement prévoit de consacrer au total deux milliards d'euros à la culture : 34 millions d'euros seront affectés aux exploitants, qui vont pouvoir éponger une partie de leurs pertes de billetterie, 19 millions iront aux producteurs et aux distributeurs, ou encore 6 millions aux "talents", dont les jeunes auteurs. Les enseignants seront également davantage incités à emmener leurs élèves au cinéma pour des séances pédagogiques, un moyen d’œuvrer à "la reconquête du jeune public", qui a tendance à déserter les salles pour les films en ligne sur internet.

Une grande partie du soutien au secteur passe par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), pour lequel le gouvernement a déjà annoncé un effort de 165 millions d'euros. Roselyne Bachelot a souligné que les cinémas français, rouverts depuis la fin juin, s'en tiraient mieux que ceux d'autres pays européens, avec une baisse de fréquentation des deux-tiers contre parfois 90% dans les pays voisins. 

Des mesures pour chaque secteur ont été annoncées avec plus ou moins de précision. Les intermittents du spectacle vont bénéficier d'une prolongation de leurs droits pour un an pour éviter une catastrophe sociale dans le monde de la culture. Un fonds d’urgence spécifique de solidarité de 5 millions d'euros destinés aux artistes et techniciens du spectacle qui n’entrent pas dans le champ d’éligibilité des dispositifs aménagés jusqu’ici a été mis en place. À cheval entre le Commerce et la Culture, l'avenir des discothèques et boîtes de nuit, toujours fermées depuis des mois, reste particulièrement sombre... 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Santé Économie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants