1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Une PME française invente une mini usine à médicaments
1 min de lecture

Une PME française invente une mini usine à médicaments

L'entreprise Creative Eurecom a dévoilé au salon Global Industrie de Lyon sa "Nespresso" du médicament. Une machine qui permettra à certains malades de fabriquer leurs médicaments à domicile.

L'usine à médicamenrts de Creative Eurecom
L'usine à médicamenrts de Creative Eurecom
Crédit : Creative Eurecom
Une PME française invente une mini usine à médicaments
00:02:29
Une PME française invente une mini usine à médicaments
00:02:29
Sophie Joussellin

C'est une première mondiale que Creative Eurecom vient de présenter au salon Global Industrie de Lyon. La PME française basée près d'Angers a reçu à cette occasion un prix dans la catégorie Réalisation Exemplaire. 

Creative Eurecom a inventé une sorte de Nespresso du médicament. C'est une façon un peu triviale d'imager ce concept révolutionnaire qui est en réalité beaucoup plus complexe et sophistiqué qu'une simple machine à café.

Cette mini usine à médicaments permettra de fabriquer un médicament destiné aux malades de la mucoviscidose. Ce produit que la start-up lyonnaise Alaxia est en train de mettre au point aura une durée de vie de 30 minutes. Il sera donc impossible de le fabriquer en usine, en grande quantité. D'où l'obligation de le fabriquer à domicile juste avant de l'inhaler.

Le patient introduira dans la machine une petite cassette stérile qui contient les réactifs et un quart d'heure après, il aura en main son médicament prêt à l'emploi sous la forme d'un spray. L'utilisation sera très simple : un enfant à partir de 12 ans pourra s'en servir mais à l'intérieur c'est un concentré de technologies, d'électronique et de chimie. C'est hyper compliqué.

28-DSCF9500 (Copier)
28-DSCF9500 (Copier)
Crédit :

Un contrôle très strict

À lire aussi

La machine est équipée de nombreux systèmes de sécurité. Il y aura un contrôle continu pendant tout le processus de fabrication et s'il y a le moindre incident, le médicament sera détruit par la machine. Le profil du malade sera enregistré dans l'appareil qui connaîtra donc parfaitement les quantités de médicament qu'il doit prendre chaque jour. Elle saura ainsi éviter les surdoses, la surconsommation.

Les essais cliniques du médicament et de la machine vont commencer en mai prochain. Si tout se déroule comme prévu, on pourrait commencer à les utiliser d'ici 2023/2024. La machine pourra être utiliser pour d'autres pathologies pulmonaires et aussi dans le cadre de chimiothérapies, pour permettre de mieux adapter le traitement à chaque malade.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/