1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Taïg Khris défie Instagram avec Albums, un nouveau réseau social d'échanges de photos entre proches
2 min de lecture

Taïg Khris défie Instagram avec Albums, un nouveau réseau social d'échanges de photos entre proches

Le triple champion du monde de roller et entrepreneur lance une nouvelle application qui ambitionne de devenir la référence en matière d'échange d'images et de vidéos entre proches en mettant l'accent sur le contrôle et la confidentialité.

Albums est un nouveau réseau social dédié à l'échange d'images entre amis ou en famille, avec un fort accent sur le contrôle et la sécurité.
Albums est un nouveau réseau social dédié à l'échange d'images entre amis ou en famille, avec un fort accent sur le contrôle et la sécurité.
Crédit : Albums
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Après s'être attaqué au marché des télécoms avec l’application OnOff, qui permet d’attribuer des numéros de téléphone provisoires hébergés dans le cloud, le triple champion du monde de roller Taïg Khris se lance à l’assaut des réseaux sociaux, un secteur archi dominé par les géants américains et chinois, à la faveur d'une application de gestion et de partage d'images et de vidéos entre proches baptisée Albums.

Disponible sur iPhone et Android, Albums est présenté comme une alternative à Instagram plus respectueuse de la vie privée. Contrairement à la célèbre application américaine, ce nouveau réseau social est dédié à l'échange d'images entre amis ou en famille, avec un fort accent sur le contrôle et la sécurité. 

"Nous avons tous des milliers de photos et de vidéos qui dorment dans nos téléphones. On n'en poste qu'une petite partie sur les réseaux car ils sont la représentation publique de nos vies. Beaucoup les échangent sur Messenger ou WhatsApp dans une qualité dégradée et de façon désordonnée. Mais il n'existe pas de service optimal pour les partager et les organiser facilement avec nos proches tout en préservant à 100% la sécurité", explique Taïg Khris.

Des albums privés collaboratifs avec plusieurs niveaux de confidentialité

L'application fonctionne selon un principe d'albums privés collaboratifs. Différents niveaux d'autorisation permettent à l'utilisateur de décider qui a accès aux albums avec la possibilité d'accorder des droits éphémères, de les laisser en lecture seule ou de permettre à des contacts de les enrichir, voire de les gérer à plusieurs, dans le cadre d'albums familiaux par exemple. Les photos peuvent être commentées et visibles de certaines personnes ou non, selon le choix de l'utilisateur.

Albums promet de faciliter l'échange de photos entre amis et en famille
Albums promet de faciliter l'échange de photos entre amis et en famille
Crédit : Albums
À lire aussi

Albums offre 30 téraoctets d'espace de stockage à ses utilisateurs au démarrage, ce qui permet d'héberger plusieurs centaines de milliers d'images en haute définition. À titre de comparaison, Google Photos n'offre plus que 15 go d'espace de stockage gratuit depuis la fin du stockage illimité cet été. Mais Albums se réserve la possibilité de monnayer ses solutions de stockage au-delà d'un certain plafond à l'avenir. Un système d'abonnement sans publicité et des options payantes pour imprimer les albums sont aussi envisagés pour monétiser l'application qui mène actuellement une levée de fonds de 2,5 millions d'euros.

Un système de chiffrement audité par l'Anssi

Côté confidentialité, l'entrepreneur met en avant un système de chiffrement de bout en bout censé garantir que seuls les utilisateurs ont accès au contenu des albums. Le protocole est en cours de finalisation par la vingtaine d'ingénieurs de la startup. Un processus d'agrément a été initié auprès de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) pour vérifier que la technologie correspond aux exigences de l'organisme.

Les données sont hébergées sur des serveurs chez le français OVH et l'américain Amazon. Mais l'entreprise promet que seuls les utilisateurs auront accès aux clés de chiffrement de leurs albums. À une exception près : si un album est partagé auprès de plus de 10 personnes, il sera considéré comme public au regard de la loi et la startup pourra exiger d'accéder à son contenu si elle reçoit des signalements de contenus illicites.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/