1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Que sait-on du passeport sanitaire numérique européen en préparation pour cet été ?
2 min de lecture

Que sait-on du passeport sanitaire numérique européen en préparation pour cet été ?

ÉCLAIRAGE - La Commission européenne va présenter le 17 mars un dispositif permettant d'indiquer si une personne a été vaccinée ou si elle présente une absence de risque de contamination pour pouvoir se déplacer plus librement entre les pays.

Photo du tarmac du Terminal 2E de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle à Roissy en France le 12 mai 2020.
Photo du tarmac du Terminal 2E de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle à Roissy en France le 12 mai 2020.
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Aura-t-on besoin d'un passeport vaccinal pour voyager en Europe cet été ? L'hypothèse sera mise sur la table le 17 mars, date à laquelle la Commission européenne présentera un projet législatif de "passeport vert" numérique. Ce portefeuille électronique est censé regrouper les documents sanitaires nécessaires pour voyager plus librement sur le continent durant la pandémie sans passer par une période de quarantaine obligatoire. 

Annoncé le 1er mars par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, cet outil pourrait comporter à la fois les derniers résultats d'un test PCR, antigénique ou salivaire et les informations relatives à la vaccination contre le Covid-19 voire le résultat d'un test sérologique suggérant qu'une personne est immunisée contre le virus. 

Les modalités d'application du dispositif doivent être présentées le 17 mars. Les Vingt-Sept s'étaient déjà entendus en janvier sur le principe de normes partagées pour ce certificat. L'idée est de créer une plateforme qui connecterait les différentes solutions nationales. La mise en place du système pourrait prendre au moins trois mois. Ursula von der Leyen a indiqué que le dispositif garantira "la protection, la sécurité et la confidentialité des données". 

Le sujet divise les Européens

L'initiative vise à faciliter la vie des Européens. Mais les droits associés à cet instrument divisent les Vingt-Sept alors que moins de 5% des résidents de l'Union ont été vaccinés pour l'heure et que les moins de 50 ans seront les derniers éligibles aux vaccins dans la plupart des pays.

À lire aussi

Certains États, comme l'Autriche ou la Grèce, plaident pour une adoption rapide afin de sauver la saison estivale. D'autres pays, comme la France, estiment que la question du passeport vaccinal est prématurée en raison des inégalités qui pourraient en découler dans la mesure où toute la population n'a pas encore eu accès à la vaccination. 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran a jugé vendredi 5 mars sur RMC "le débat légitime" mais rappelé qu'il soulevait "des enjeux éthiques, sanitaires, politiques et numériques importants". "Ça ne peut pas dépendre que du vaccin. C'est une palette d'instruments sanitaires dont le certificat fera la preuve le moment venu", a souligné le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune sur RTL vendredi.

Des interrogations scientifiques demeurent également. La présidente de la Commission Ursula von der Leyen a rappelé lundi que rien ne prouvait absolument que la vaccination empêchait la transmission du virus. 

Un passe sanitaire aussi à l'étude en France

Le certificat numérique européen ne doit pas être confondu avec le passe sanitaire actuellement à l'étude en France pour amorcer "un retour à la vie normale" et permettre dans les prochaines semaines la reprise de certaines activités à l'arrêt depuis plusieurs mois. 

Le gouvernement réfléchit depuis peu à la possibilité de proposer un laissez-passer numérique pour donner accès aux restaurants, musées et autres lieux culturels aux personnes ne présentant pas de risque de contamination, soit parce qu'elles sont vaccinées soit parce qu'elles ont passé un test négatif récent, de moins de 48 ou 72 heures. 

L'outil pourrait aussi être adossé à l'application TousAntiCovid et au futur système de QR codes sur lequel planchent les autorités depuis plusieurs semaines pour pouvoir retracer plus facilement les cas contacts et prévenir les clusters à la réouverture des lieux clos accueillant du public.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/