1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Pourquoi un bout de fusée de SpaceX va bientôt s'écraser sur la Lune
2 min de lecture

Pourquoi un bout de fusée de SpaceX va bientôt s'écraser sur la Lune

Un reste de fusée Falcon 9 à la dérive dans l'espace depuis sept ans s'apprête à finir sa trajectoire sur le sol lunaire. Le crash est attendu au début du mois de mars sur la face cachée de notre satellite.

Le décollage de la fusée Falcon 9 de SpaceX
Le décollage de la fusée Falcon 9 de SpaceX
Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Une fusée SpaceX est sur le point de se poser sur la Lune. Mais il ne s'agit pas d'un nouvel exploit de l'entreprise spatiale d'Elon Musk. Un morceau de fusée Falcon 9 à la dérive depuis sept ans s'apprête à s'écraser sur la face cachée de notre satellite naturel. L'impact est attendu pour le 4 mars prochain, aux alentours de 13 heures (heure française). Et il n'était pas vraiment prévu.

Ce gros débris de 4 tonnes laissé à l'abandon est le second étage du vaisseau conçu par l'entreprise d'Elon Musk utilisé en 2015 pour mettre en orbite le Deep Space Climate Observatory, un satellite d'observation du climat terrestre. En général, les fusées SpaceX sont lancées moins loin, ce qui permet au second étage de re-rentrer dans l'atmosphère se déliter au-dessus de l'océan, tandis que le premier étage est récupéré et réutilisé. 

L'étage de cette fusée Falcon 9 a connu un autre destin et flotte depuis sept ans dans le cosmos sur une orbite dite "chaotique" par les scientifiques, car elle est difficilement prévisible, contrairement à l'orbite basse habituellement parcourue par les débris spatiaux, dont l'accumulation n'est pas sans causer des troubles pour les missions spatiales.

L'objet est passé assez à proximité de la Lune début janvier. Cette visite a modifié son orbite. Elle a aussi permis au créateur du "Projet Pluto", un logiciel qui permet de calculer les trajectoires d'astéroïdes et d'autres objets, utilisé par des programmes d'observations financés par la Nasa, de suivre le morceau de fusée de près et de calculer que sa chute sur la Lune interviendrait le 4 mars prochain. Les données ont ensuite été confirmées par des observations complémentaires.

Le crash ne pourra pas être vu depuis la Terre

À écouter aussi

Vendredi 4 mars, l'étage de la fusée frappera la surface lunaire à plus de 9.000 km/h. La collision ne pourra pas être vue depuis la Terre car elle se produira sur la face de la Lune qui est en permanence opposée à notre planète. En revanche, les scientifiques vont pouvoir observer le cratère qui devrait être créé par le choc à la faveur de la sonde LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) de la Nasa ou la sonde indienne Chandrayaan-2. De quoi nous donner de nouveaux éléments de compréhension de la géologie lunaire. L'impact ne présente a priori pas de danger pour la Lune qui est régulièrement frappée par des objets plus gros et plus rapides.

Le cash du second étage de Falcon 9 est appelé à devenir le premier impact lunaire non intentionnel, aux dires des scientifiques. Des vaisseaux ont déjà été intentionnellement projetés sur la Lune lors des missions Apollo dans le cadre d'expérimentations scientifiques. En 2009, la Nasa avait aussi envoyé un étage de  fusée s'écraser près du Pôle sud lunaire pour étudier la présence d'eau. Les spécialistes mettent cependant en garde contre un risque de multiplication des impacts lunaires non prévus du fait des nombreux projets induits par les programmes lunaires de la Chine et des États-Unis. Ces événements pourraient devenir problématique lorsqu'il y aura davantage de circulation.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/