1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Pourquoi la CNIL déconseille l'utilisation de Teams et Zoom dans certains secteurs
1 min de lecture

Pourquoi la CNIL déconseille l'utilisation de Teams et Zoom dans certains secteurs

L'institution estime que ces applications, fortement plébiscitées depuis le début de la crise sanitaire, présentent un risque concernant l'hébergement des données personnelles.

Zoom est l'application de vidéoconférence la plus populaire depuis le début de la pandémie
Zoom est l'application de vidéoconférence la plus populaire depuis le début de la pandémie
Crédit : Zoom
La CNIL déconseille l'utilisation de Teams et Zoom dans certains secteurs
02:49
Coronavirus : Non, il n'y a pas de hausse des AVC liée aux vaccins
02:55
La CNIL déconseille l'utilisation de Teams et Zoom dans certains secteurs
02:49
Coronavirus : Non, il n'y a pas de hausse des AVC liée aux vaccins
02:55
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

Largement utilisées par les entreprises depuis le début de la crise sanitaire, les conférences Teams et Zoom sont dans le viseur de la commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). L’institution s’inquiète en effet d’une absence de sécurité des données pour la recherche française et l'enseignement supérieur.

Ces outils de visioconférence nous sont tellement devenus familiers qu’il ne serait pas étonnant que Zoom et Teams deviennent des prénoms dans l’après-pandémie. Si de nombreuses entreprises s'en servent, la conférence des grandes écoles et la conférence des présidents d’universités à la commission informatique et liberté s'interrogent sur leur utilité pour certains secteurs et notamment les plus sensibles. 

En cause, elles craignent qu'avec ces outils, les données échangées ne soient récupérées par un pays tiers comme les États-Unis, qui n’ont même pas besoin de prendre ses données d’une manière illégale puisque c’est prévu par la loi.

Il s'agit là du Cloud Act, une loi américaine votée en 2018 et qui permet aux autorités d'obtenir de la part des opérateurs télécoms et des fournisseurs de services américains basés sur le cloud des informations stockées sur leurs serveurs qu'ils soient situés aux États-Unis ou en dehors.

Un côté intrusif qui pose question

À lire aussi

Cette loi s’oppose à toute idée de souveraineté européenne en matière de protection de données ce qui pousse la CNIL à craindre que les données sensibles des universitaires et de la recherche française en matière de partage de document, ne soient mal utilisées. 

Les logiciels Teams et Zoom ne manquent pas de faire parler depuis le début de la pandémie et nombreux sont ceux à s'inquiéter de leur côté intrusif. Au moment de l'inscription, ils demandent en effet beaucoup de renseignements personnels et si le règlement européen protège, normalement, des dérives et commercialisations, les interrogations fusent et notamment celles concernant la sécurité des caméras.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/