2 min de lecture Connecté

Nintendo attaqué en justice pour les bugs des manettes de la Switch

Un an après avoir révélé le problème récurrent des manettes de la Switch, l'UFC-Que Choisir porte plainte contre Nintendo pour obsolescence programmée. L'association estime que l'éditeur japonais a volontairement continué de commercialiser des manettes défectueuses.

La Nintendo Switch permet de jouer sur sa télévision et en voyage
La Nintendo Switch permet de jouer sur sa télévision et en voyage
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Nintendo a-t-il sciemment commercialisé des manettes défectueuses ? Il y a un an, l'UFC-Que Choisir mettait en demeure le constructeur japonais pour dénoncer la fragilité de certaines manettes de la Switch. Sur la base des témoignages de plusieurs milliers de consommateurs, l'association mettait ainsi en lumière le "Joy Con Drift", le problème récurrent qui touche les deux petites manettes de la célèbre console portable. Douze mois plus tard, rien n'aurait changé. L'UFC-Que Choisir a donc décidé de porter l'affaire devant les tribunaux.

"L'UFC-Que Choisir porte plainte auprès du procureur de la République, ce jour, pour obsolescence programmée", a-t-elle annoncé dans un communiqué rendu public ce mardi 22 septembre. Créé par la loi de 2015 sur la transition énergétique et la croissance verte, le délit d'obsolescence programmée peut déboucher sur des peines allant jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 300.000 euros d'amende, voire 5% du chiffre d'affaires annuel.

Le "Joy Con Drift" est un bug observé dès la sortie de la console en 2017 qui touche les deux sticks qui permettent de faire avancer les personnages dans les jeux. Il produit des actions non désirées qui se déclenchent à l'écran sans que les joueurs n'aient appuyé sur les fameux boutons. En novembre dernier, "plus de 5.000 consommateurs" s'étaient manifestés auprès de l'association "en seulement 48 heures" pour "dénoncer la même panne récurrente", rappelle Que-Choisir dans son communiqué.

Un bug connu depuis trois ans

Après la mise en demeure de l'association, le directeur général de Nintendo France s'était engagé en janvier à ce que Nintendo répare les manettes sans difficulté, "même hors garantie". Mais, selon l'association, les problèmes de fond demeurent, et "les signalements ont continué d'affluer auprès de l'association" après cet engagement.

À lire aussi
L'iPhone 12 est disponible depuis le 23 octobre 2020 Connecté
Test de l'iPhone 12 : faut-il se laisser tenter par le premier iPhone 5G d'Apple ?

"Le dysfonctionnement étant connu depuis 3 ans, il est indispensable que le géant nippon suive désormais un scénario curatif plutôt que correctif", estime l'association. Selon ses experts, deux causes sont principalement à l'origine de la panne : une usure prématurée des circuits imprimés, et un défaut d'étanchéité qui entraîne une quantité inquiétante de débris et poussières au sein du joystick.

"65 % des consommateurs victimes ont constaté cette panne moins d'un an après l'achat des manettes", précise l'association. La panne apparaît "quel que soit le profil ou l'âge du joueur, même en jouant moins de 5h par semaine. 25 % des consommateurs ont même vu la panne survenir dans les 6 mois après l'achat, malgré la faible utilisation de la console", a-t-elle ajouté. 

L'association espère désormais faire réagir Nintendo à travers cette plainte qui ouvre un nouveau front contre le constructeur japonais. Aux Etats-Unis, une action de groupe a été constituée il y a trois ans afin de pousser Nintendo à assouplir les conditions de prise en charge et à remplacer gratuitement les joysticks défectueux. Les utilisateurs concernés par ce problème sont invités à contacter le service après-vente de Nintendo pour obtenir une réparation gratuite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Connecté Jeux vidéo Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants