1 min de lecture Sciences

États-Unis : des chercheurs entraînent des rats à conduire des mini-voitures

Des chercheurs américains ont entraîné des rats, pendant plusieurs mois, pour leur apprendre à conduire des mini-voitures. Résultat : les rongeurs performants voyaient leur stress diminuer.

Un rat dans une mini-voiture
Un rat dans une mini-voiture Crédit : HO / UNIVERSITY OF RICHMOND / AFP
Louis Rigaudière et AFP

Plusieurs mois de travail pour un résultat surprenant. Des chercheurs ont réussi à apprendre à des rats à conduire des mini-voitures en échange de céréales, et ils affirment que les résultats montrent que la conduite réduit le niveau de stress des animaux.

En effet, les excréments des rats, récupérés et analysés, ont montré que chez tous les rongeurs conducteurs, le niveau d'hormone déhydroépiandrostérone, qui contrecarre le stress, était plus élevé, ce qui pourrait être lié à la satisfaction d'avoir appris une nouvelle compétence. 

Il aura fallu des mois d'entraînement pour que les chercheurs constatent, avec satisfaction, que les rats pouvaient effectivement apprendre à conduire dans une arène en plexiglas de 150 centimètres sur 60. 

Kelly Lambert, co-auteure et chercheuse à l'université de Richmond, veut croire que cela ouvre la voie à des traitements comportementaux en psychiatrie, pour les humains. "Il n'y a pas de guérison pour la schizophrénie ou la dépression", dit-elle. 

Possible traitement comportementaux pour les humains

À lire aussi
Des fossiles découverts à la surface d'un ancien lac, en Arabie saoudite (illustration) international
Arabie Saoudite : des empreintes humaines vieilles de 120.000 ans découvertes

"Nous sommes en retard, il faut qu'on prenne en compte des modèles animaux différents, des tâches différentes, et admettre que le comportement peut changer notre état neuro-chimique", explique la chercheuse.

Plusieurs études ont déjà démontré l'intelligence des rats à travers différentes expériences. Ainsi, des neuroscientifiques allemands ont placé plusieurs rats dans une pièce remplie de cartons et ont constaté qu'ils s'amusaient à jouer à cache-cache avec les humains. 

"Ils cherchent notre main, nous leur chatouillons les côtes, c'est un peu comme si on jouait avec des chatons ou des chiots", dit Konstantin Hartmann, de l'université Humboldt de Berlin. "Ce fut une surprise de voir à quel point ils se débrouillaient bien", a ajouté le chercheur. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sciences Chercheurs États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants