3 min de lecture Fil Futur

Au CES 2021, des masques connectés et des objets pour lutter contre le coronavirus

Le salon mondial des technologies qui s'est tenu en virtuel la semaine passée a mis l'accent sur la lutte contre la pandémie.

Le masque ventilé xHale de la startup française xRapid promet plus de confort que les masques traditionnels
Le masque ventilé xHale de la startup française xRapid promet plus de confort que les masques traditionnels Crédit : xRapid
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

En raison de la pandémie, le plus grand salon annuel des nouvelles technologies, le CES, ne s'est pas déroulé dans les immenses salles d'exposition des grands hôtels de Las Vegas cette année, mais en ligne, avec des présentations et des entretiens avec les marques en visioconférence. 

Loin des casinos, les constructeurs ont mis l'accent sur la lutte contre le coronavirus avec de nombreuses innovations en matière de santé connectée mais aussi pour favoriser la digitalisation des relations sociales et professionnelles.

L'édition 2021 du salon a vu émerger un véritable marché des smart masks. Plus sophistiqués que les masques chirurgicaux, ces masques intelligents mettent en avant tout un lot de fonctionnalités connectées pour des prix dix à cent fois plus importants. 

Certaines propositions sont clairement à ranger du côté des gadgets et se positionnent davantage comme des accessoires de divertissement. D'autres promettent une plus grande efficacité dans la filtration des virus et des bactéries. Tour d'horizon.

À lire aussi
Cybersécurité
Fuite de données de santé : comment se protéger si vous êtes dans le fichier

La compagnie Razer, spécialisée dans les accessoires de jeux vidéo, a dévoilé le Project Hazel, un masque de protection certifiée N95, l'équivalent de la certification FFP2 en France, présenté comme le masque le plus intelligent au monde. 

>
Project Hazel | World's Smartest Mask

L'accessoire combine de nombreuses fonctionnalités : visière transparente, amplificateur de voix, filtres remplaçables, ventilateurs rechargeables, stérilisateurs d'air à rayons UV et lumières LED pour indiquer l'état de charge ou éclairer la bouche si la luminosité fait défaut. La marque n'a pas donné d'indice sur son prix. Il pourrait voir le jour dans les prochains mois.

Plus pragmatique, le MaskFone de la société britannique Binatone promet de concilier la protection d'un masque médical et un kit main-libre grâce à un micro et des écouteurs Bluetooth intégrés. Certifié N95, il sera vendu une cinquantaine d'euros sur Amazon dans les prochaines semaines.

>
MaskFone - World's First Face Mask with Integrated Earbuds & Microphone

Spécialisée dans les masques anti pollution depuis 2015, la société AirPop propose de son côté le masque Active+ (149 dollars), un masque antibactérien réutilisable qui s'adapte à la morphologie du visage et collecte des données respiratoires sur une application dédiée. 

L'utilisateur peut ainsi être averti lorsque le filtre à air doit être changé, suivre la qualité de son environnement et sa respiration au quotidien ou durant l'effort. L'entreprise promet une efficacité contre 99,7% des bactéries et des virus.

Le masque Active+ d'AirPop
Le masque Active+ d'AirPop Crédit : AirPop

La startup française xRapid promet plus de confort avec son masque xHale doublé d'un appareil d'assistance respiratoire qui offre une protection équivalente à un masque FFP2 et embarque un micro-ventilateur pour renouveler l'air à l'intérieur et supprimer la sensation d'oppression provoquée par les masques traditionnels. L'appareil peut aussi prendre la température corporelle et analyser le débit d'air et la fréquence respiratoire.

>
xHale : Oubliez le masque

Purificateurs d'air et détecteurs de Covid-19

Le CES a aussi mis en lumière des purificateurs d'air comme le Luft Duo qui promet de dépolluer l'environnement à l'aide de filtres à air haute efficacité jetables et de rayonnements de lumière UV, le tout dans un objet portable fonctionnant sur batterie vendu un peu moins de 150 euros.

Le robot autonome Adibot utilise la lumière UV pour neutraliser les virus et les bactéries dans les écoles, les bureaux ou les hôpitaux. Conçu par la société UBTech, il embarque une lampe à rayonnement ultraviolet à 360 degrés dont les onde comprises entre 100 et 280 nm permettent de stériliser les surfaces et d'éradiquer les pathogènes. Son efficacité contre le Covid-19 est suggérée par plusieurs études des agences américaine et italienne de santé.

>
ADIBOT: The UV-C Disinfection Robotic System

L'entreprise BioIntelliSense promet de son côté de détecter le Covid-19 avec un badge adhésif à positionner sur la poitrine permettant de mesurer la température corporelle, le rythme cardiaque et la présence de la toux pour alerter en cas de signaux annonciateurs d'une infection au coronavirus. 

Associée à plusieurs institutions sanitaires américaines, la startup équipe déjà des soignants qui ont bénéficié d'un vaccin pour suivre en continu leurs signes vitaux. Elle assure respecter la loi américaine sur la protection des données médicales.

Le détecteur de Covid BioButton de BioIntelliSense
Le détecteur de Covid BioButton de BioIntelliSense Crédit : BioIntelliSense

La surveillance est aussi au coeur du projet de la startup Plott qui a créé une sonnette vidéo capable de mesurer la température des visiteurs depuis la porte d'entrée du domicile à la faveur d'un capteur infrarouge. Dans la même logique, un boîtier conçu par l'entreprise taïwanaise iWavenology émet lui un signal d'alarme si deux personnes ne respectent pas les règles de distanciation sociale. 

Mais l'intégration de ces technologies orwelliennes dans le monde réel ne se fait pas toujours sans heurt. L'annonce du déploiement d'un collier anti-Covid qui déclenche un bip lorsque deux employés s'approchent de trop près dans les usines françaises du groupe suédois Essity a provoqué récemment une fronde des salariés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fil Futur Coronavirus Connecté
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants