4 min de lecture Confinement

Attestation sur smartphone : la police peut-elle voir l'historique de vos sorties ?

La nouvelle attestation numérique de sortie est disponible depuis ce lundi 6 avril. Le gouvernement promet qu'il ne collecte aucune des informations saisies par les Français.

L'attestation sur smartphone est disponible depuis le 6 avril
L'attestation sur smartphone est disponible depuis le 6 avril Crédit : RTL
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Pour simplifier le quotidien des Français éprouvés par trois semaines de confinement, l'attestation de déplacement dérogatoire peut désormais être téléchargée au format numérique. Comme annoncé par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner la semaine dernière, un formulaire en ligne permettant de générer un QR code est accessible depuis le lundi 6 avril sur les sites du gouvernement et de la place Beauvau.

Voici le lien direct pour télécharger l'application sur votre téléphone.

Complémentaire au dispositif papier déjà en place, l'attestation numérique fonctionne de la même façon : il faut renseigner son nom, sa date de naissance, son adresse et sa ville, cocher un ou plusieurs motifs de sortie dérogatoire et préciser l'heure de sortie. Pour éviter les fraudes, l'heure à laquelle le document a été édité est également accessible aux policiers à côté du QR code.

De nombreux internautes se demandent depuis ce matin si ce dispositif n'a pas vocation à vérifier qu'ils respectent bien le confinement en conservant une historique de leurs déplacements au sein d'un fichier gouvernemental. Jusqu'à preuve du contraire, il n'en est rien : aucune donnée personnelle n'est censée être collectée avec l'attestation numérique de déplacement.

À lire aussi
Le Premier ministre britannique Boris Johnson le 2 septembre 2020. Royaume-Uni
Coronavirus au Royaume-Uni : Boris Johnson n'exclut pas un reconfinement

Le ministère de l'Intérieur avait justifié le recours à une attestation numérique sous la forme d'un QR code plutôt que d'une application pour ne pas faire transiter les données des Français sur les serveurs du gouvernement. Selon les analyses de plusieurs experts en cybersécurité, la promesse est tenue.

Pas de conservation ni de transfert de données

Comme l'a vérifié le chercheur en cybersécurité Baptiste Robert sur Twitter, "lorsque vous visitez la page sur le site du ministère de l'Intérieur, une attestation vierge est téléchargée, l'utilisateur rentre ses données et l'attestation est remplie localement. On peut donc affirmer que la génération de l'attestation est faite proprement et qu'aucune donnée personnelle n'est envoyée sur les serveurs du ministère". Des sources au sein de la gendarmerie confirment cette version.

Le formulaire et le QR code sont traités et générés sur l'ordinateur ou le smartphone de l'utilisateur et ne sont enregistrés sur aucun serveur externe. Pour les lire, policiers et gendarmes vont flasher le QR code à l'aide de leur tablette ou smartphone NeoGend sur lesquels a été installée une nouvelle application baptisée CovidReader, dont le code sera rendu public prochainement.

Le ministère de l'Intérieur a confirmé au site spécialisé Numerama que, là encore, aucune donnée n'est conservée ni enregistrée sur les appareils des forces de l'ordre. Le chef de la mission numérique de la gendarmerie nationale, Eric Freyssinet, a affirmé sur Twitter que l'application ne possède pas de fonction de sauvegarde et de transfert de données et qu'elle ne peut pas contrôler si une personne est sortie plusieurs fois dans la même journée.

Par ailleurs, l'application CovidReader ne calcule pas automatiquement la distance avec l'adresse du domicile contrairement à une autre application du smartphone Neo des forces de l'ordre. Le ministère de l'Intérieur a indiqué à L'Obs qu'il n'était pas question de lier les deux mais une source de l'hebdomadaire assure que cette possibilité est à l'étude.

Attention aux faux générateurs de sortie

Pour la sécurité de vos informations personnelles, pensez cependant à ne pas partager votre QR code sur les réseaux sociaux : n'importe qui pourrait accéder aux informations qu'il contient (nom, adresse, ville, date de naissance) en le scannant avec l'appareil photo natif de son smartphone. 

Pensez également à vérifier que vous êtes bien sur le site officiel du ministère de l'Intérieur avant de renseigner vos données. De faux générateurs d'attestation devraient fleurir dans les jours qui viennent pour tenter de dérober des données personnelles aux personnes les moins attentives. 

Enfin, pour ne pas avoir à chercher l'adresse à chaque fois que vous voulez sortir, vous pouvez également créer un raccourci vers la page du site du ministère directement sur la page d'accueil de votre smartphone pour qu'elle s'affiche à côté de vos applications favorites.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Coronavirus Connecté
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants