4 min de lecture Vœux présidentiels

VIDÉOS - De de Gaulle à Hollande : les 4 détails qui ont changé dans les voeux présidentiels

ÉCLAIRAGE - L'apparition du drapeau français puis européen, l'introduction de la Marseillaise... Voici ce qui a changé dans les vœux présidentiels depuis le début de la Ve République.

Le générique des vœux présidentiels de 2013 pour l'année 2014.
Le générique des vœux présidentiels de 2013 pour l'année 2014.
Charline Buda
Charline Buda

Les vœux présidentiels ne sont pas révolutionnaires, et restent même peu mémorables : le président de la République, assis ou debout, face caméra, souhaitant la bonne année aux Français. Pourtant, sur la forme, c'est l'occasion pour chaque président d'amener sa propre touche à un exercice très codé, et cela se fait avec de minuscules changements... qui veulent dire en vérité beaucoup.

1. Les drapeaux français et européens en coin de cadre

Avant François Mitterrand, les vœux du Président se déroulaient toujours dans le même cadre : le chef de l'État, assis à son bureau, sans rien autour. Pour 1985, cependant, on voit l'apparition, dans les vœux du 31 décembre 1984 de François Mitterrand, l'apparition du drapeau français à ses côtés. 

En 1989, il présente ses vœux non pas à l'Élysée, mais à Strasbourg, où il aligne aussi le drapeau européen, symbole de son orientation pro-européenne qui le mènera à signer la convention de Schengen en 1990. Depuis, les deux drapeaux sont toujours à côté du Président en exercice lors de ses vœux.

2. Des postures différentes

De Charles de Gaulle à Valéry Giscard d'Estaing, les différents présidents ont tous récité leurs vœux assis à un bureau. Cette posture transmet un sentiment d'apaisement, de calme, mais aussi de travail et d'autorité. Puis en 1975, Valéry Giscard d'Estaing décide de prononcer ses vœux près d'une cheminée, pour un effet de proximité avec le téléspectateur, et assis à côté de la Première dame de France, son épouse Anne-Aymone. Elle prend autant de place que lui à l'écran, et prononce elle-même quelques phrases de bonne augure pour l'année 1976. 

À lire aussi
Emmanuel Macron prononce ses vœux aux Français le 31 décembre 2019. Brexit
Vœux : Macron promet une relation "solide" avec le Royaume-Uni après le Brexit

Une présence d'autant plus percutante qu'en 1975 fut votée la loi Veil pour la légalisation de l'avortement, ainsi que la loi sur le divorce par consentement mutuel, la première vigoureusement défendue par les femmes de France et décriée dans la propre majorité de Valéry Giscard d'Estaing. La présence de la Première dame lors de ces vœux, sur le même plan que le Président, envoie donc un message fort : "j'entends les revendications des femmes de France".

L'année suivante, il reprend cependant la même posture que ses prédécesseurs, et la position assise derrière un bureau redevient ainsi la position traditionnelle, jusqu'en 1997, où Jacques Chirac prononce ses vœux pour la nouvelle année debout, derrière un pupitre.

Une position aux antipodes de la tradition, dynamique et assertive, un peu comme celle que l'on prend... lors d'un meeting politique. Au lieu de faire un retour sur l'année précédente, on en profite aussi pour se projeter physiquement dans l'avenir, où l'on essaie de convaincre la personne qui regarde.

Jacques Chirac prononcera ses vœux ainsi jusqu'à la fin de son mandat. Lors de ses premiers vœux, en 2007, Nicolas Sarkozy reprendra une dernière fois la position assise, mais fera tous les autres debout, tout comme François Hollande le fait depuis 2012.

3. La Marseillaise et le drapeau tricolore en générique

De Charles de Gaulle à François Mitterrand, le générique d'ouverture qui annonce les vœux présidentiels étaient toujours à peu de choses près les mêmes : de la musique classique (Symphonie pour les soupers du Roi de De Lalande pour Charles de Gaulle, la Marche Royale de Lully pour d'autres...), et un premier plan large qui montre la façade de l'Élysée, pour donner l'impression qu'on y entre. 

Jacques Chirac change la tradition dès 1995, où il commence ses vœux par La Marseillaise, l'hymne national. L'année suivante, fini le plan sur l'Élysée ; il instaure à la place une animation du drapeau français.

Nicolas Sarkozy, voulant contraster avec l'ancien Président et démontrer une position de renouement avec les traditions, qu'il avait voulu prendre d'ailleurs dans sa campagne pour l'élection présidentielle de 2007, revient au premier plan sur la façade du palais présidentiel, où il fait même entrer la caméra par les grilles qui gardent l'Élysée. Il est ensuite assis pour prononcer ses vœux.

En 2008, année de la crise européenne, Nicolas Sarkozy choisit de commencer ses vœux par un plan sur la Tour Eiffel illuminée des couleurs et des 12 étoiles du drapeau européen, une image qui se fond ensuite dans une animation du drapeau français. Il montre ainsi son soutien à l'Union Européenne même pendant la crise, et illustre sa position que la France ne peut pas avancer sans l'Europe, alors que l'euro-scepticisme gagne le pays.

Les années suivantes, il revient au simple drapeau tricolore. François Hollande, depuis 2012, a lui fait le choix de revenir au plan large sur l'Élysée pour débuter ses vœux.

4. De nouvelles propositions pour l'année suivante

Les vœux ont toujours été différents dans la forme, mais très peu dans le fond. Le discours du Président est toujours solennel et fait le bilan l'année précédente, sans plus s'attarder sur la suite du mandat : on souhaite juste que l'année qui suit sera meilleure que la précédente. 

Nicolas Sarkozy change encore une fois la tradition en 2011, où il se projette déjà dans sa campagne de 2012 pour sa possible réélection, et profite de ses vœux pour annoncer sa réforme sur la TVA sociale. Une première dans l'histoire de l'allocution.

>
Nicolas Sarkozy présente ses Voeux 2012 aux Français

François Hollande emboîtera le pas à son prédécesseur en 2013, où il annoncera dans ses vœux pour l'année 2014 sa réforme sur le pacte de responsabilité aux entreprises. Un discours que François Hollande avait d'ailleurs prononcé pour la première fois non pas dans une des salles de l'Élysée, mais dans un studio aménagé, avec fond vert et truquages, et pour lequel il avait été vivement critiqué.

Pour ses vœux de 2015, François Hollande a déjà prévu le décor : il sera filmé dans son propre bureau, assis. Un symbole visuel de retour à ce qui a fait la tradition et l'héritage des vœux présidentiels instaurés par Charles de Gaulle, dans une posture de sérieux et de travail, pour un président souvent jugé inefficace. La forme voudra donc démontrer son autorité et sa légitimité ; rendez-vous le 31 décembre pour voir si le fond suivra le même modèle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vœux présidentiels Présidence de la République François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants