1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Un maire recadre le portrait de Macron pour dénoncer la baisse des dotations
1 min de lecture

Un maire recadre le portrait de Macron pour dénoncer la baisse des dotations

Le maire de Grand-Failly (Meurthe-et-Moselle) a raboté la photo officielle du président de la République.

Emmanuel Macron avec son portrait officiel de président de la République
Emmanuel Macron avec son portrait officiel de président de la République
Crédit : Thibault Camus/AP/SIPA
Julien Absalon
Julien Absalon

Il recadre littéralement Emmanuel Macron. Jean-François Damien, maire de Grand-Failly (Meurthe-et-Moselle) est passablement agacé par le gel des dotations aux collectivités locales. Celles-ci doivent se priver de 300 millions d'euros pour la fin de l'année 2017. Dès la Conférence des territoires, en juillet dernier, le chef de l'État a annoncé que l'effort d'économies demandé aux collectivités territoriales serait porté de 10 à 13 milliards d'euros sur cinq ans.

Pour manifester son mécontentement, le maire de cette petite commune de 300 habitants a fait un geste non seulement symbolique mais aussi empreint d'humour : il a raboté le portrait officiel d'Emmanuel Macron affiché dans sa mairie.

"Un tiers de finances en moins, un tiers de photo en moins", peut-on lire sur le message qui recouvre le bas de la photographie. Ce sont ainsi les mains et le bureau du président de la République qui ont fait les frais de cette coupe.

Un outrage au Président ?

Si l'édile s'en prend aujourd'hui à Emmanuel Macron, il est aussi remonté contre les précédents gouvernements : "Que ce soit sous Sarkozy ou Hollande, depuis sept ans nous avons perdu 45 % de financements. Avec un budget annuel de 250.000 euros cette année, je peux vous dire qu’en 2018 et 2019 il n’y aura aucun travaux programmés sur la commune, faute d’argent".

À lire aussi

Cet acte n'est toutefois pas sans risque pour l'élu, rapporte L'Est Républicain. "La sous-préfecture de Briey m’a remonté les bretelles et annoncé que, pour cet 'outrage au Président', je risque une suspension", affirme Jean-François Damien, qui va devoir se priver de "13.000 euros pour le prochain budget" alors que sa commune "générait 40.000 euros de revenus".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/