2 min de lecture Confidentiels politique

Un an de Macron à l'Élysée : l'évaluation des ministres, une promesse non tenue

CONFIDENTIELS RTL - Dans quelques jours, Emmanuel Macron fêtera son premier anniversaire à l'Elysée. L'heure du bilan des promesses non tenues a sonné. L'une d'elles est passée relativement inaperçue : les notes des membres du gouvernement.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
Un an de Macron à l'Élysée : l'évaluation des ministres, une promesse non tenue Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : Vincent Derosier | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Vincent Derosier et Loïc Farge

C'était il y a presque un an, au moment de la formation du gouvernement d'Édouard Philippe. L'Élysée promettait, comme tous ces prédécesseurs, un gouvernement resserré avec quinze ministres, mais surtout des méthodes nouvelles, un management renforcé et des ministres évalués selon leurs performance et leurs objectifs.

Et c'est vrai qu'on attend toujours la publication du fameux bulletin de notes. "Inutile d’attendre, il n'y en aura pas", prévient l'Élysée. Un conseiller, qui ne veut pas parler de promesse non tenue, a trouvé la parade. "Nous avons préféré le contrôle continu aux partiels !"

Rassurez-vous : le gouvernement est quand même sous pression. En interne, un tableau a été créé pour surveiller les engagements de chaque ministère.

Autre promesse : Emmanuel Macron voulait des ministres de la société civile, sans poids politique. Parole tenue. Mais après un an, il y a aussi le revers de la médaille. "Les politiques ont pris le pouvoir", regrette un ministre.

À lire aussi
Jair Bolsonaro international
Bolsonaro insulte Macron : "C'est typique de ce populisme moderne", selon un spécialiste

Il semble que le gouvernement uni, la grande famille, ait du plomb dans l'aile. Car dernièrement - et ça ne vous a pas échappé -, les petites phrases acerbes de ministres contre leur petits camarades du gouvernement se sont multiplié dans les journaux. Contre Françoise Nyssen à la culture qui "n'imprime pas". Contre Annick Girardin, ministres des Outre-Mer, jugée "pas à la hauteur". Contre Frédérique Vidal, accusée d'être "invisible" pendant les occupations de facs.

L'Élysée de mettre en garde les bavards

Des propos "off" bien sûr, c'est-à-dire anonymes, qui horripilent Emmanuel Macron. Un conseiller du Président contre-attaque : "Ceux qui balancent ne comprennent rien la psychologie macronienne. Dénigrer des ministres renforce les choix du Président, car il a l'esprit de contradiction".

Et l'Élysée de mettre en garde les bavards : "Quand quelqu'un attaque un ministre pour prendre sa place, on finit toujours par savoir qui c'est". Le prochain remaniement pourra peut-être nous éclairer.
 
En revanche, attaquer la droite c'est permis. C'est même très bien vu. Et à ce petit jeu, Bruno Le Maire fait fort avec ses anciens amis des Républicains. Notamment sur la stratégie de Laurent Wauquiez. "Sarkozy, il allait chercher les électeurs FN, confie le ministre. Wauquiez, lui, leur tombe dans les bras".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique Emmanuel Macron Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants