1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Taïwan : Mélenchon évoque la "provocation" de Nancy Pelosi et récolte les félicitations de Pékin
4 min de lecture

Taïwan : Mélenchon évoque la "provocation" de Nancy Pelosi et récolte les félicitations de Pékin

Le leader de la France insoumise a estimé sur son blog qu'il n'y avait qu'une seule Chine, provoquant de nombreuses réactions.

Jean-Luc Mélenchon et Lu Shaye, l'ambassadeur de Chine en France
Jean-Luc Mélenchon et Lu Shaye, l'ambassadeur de Chine en France
Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud & AFP

"Merci Jean-Luc Mélenchon." Ces félicitations en provenance de l'ambassade de Chine en France peuvent-elles se révéler embarrassantes pour le chef des Insoumis ? Sur son blog, le leader de la France insoumise a qualifié de "provocation" le déplacement de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine à Taïwan. Jean-Luc Mélenchon a assuré qu'il "n'y a qu'une seule Chine", en pleine tension entre Taïpeï et Pékin.


L'initiative de Nancy Pelosi, prise dans le cadre d'une tournée asiatique, a été reçue par la Chine comme une provocation, un soutien aux partisans de l'indépendance de Taïwan et un reniement de la promesse des États-Unis de ne pas avoir de relations officielles avec l'île.  
Dans son billet de blog hebdomadaire, Jean-Luc Mélenchon a repris à son compte une thèse partagée par Pékin selon laquelle "Taïwan est une composante à part entière de la Chine". Une vision des choses que les autorités de Taipei rejettent avec plus ou moins de nuance. Issue d'un parti indépendantiste, l'actuelle présidente Tsai Ing-wen refuse, contrairement au gouvernement précédent, de reconnaître que l'île et le continent font partie "d'une même Chine".

Après la publication de ce billet, l'Ambassade de Chine en France s'est empressée de féliciter Jean-Luc Mélenchon sur ses réseaux sociaux : "Merci Jean-Luc Mélenchon pour son soutien constant à la politique d'une seule Chine".

Pour Jean-Luc Mélenchon, la France ne devrait pas faire varier sa position historique sur cette question : "Pour les Français depuis 1965 et le général de Gaulle, il n’y a qu’une seule Chine, écrit-il. Elle siège au Conseil de sécurité. Taïwan est une composante à part entière de la Chine. Le premier gouvernement alors national dictatorial de l’île, celui de Tchang Kaï-chek, prétendait d’ailleurs reprendre le contrôle de la 'Chine continentale'. Depuis, chacun s’en tient à une volonté de coexistence pacifique, en attendant mieux. Quoi ? Les Chinois règleront le problème entre eux. Il n’y a pas d’autre issue raisonnable possible", analyse-t-il. 

À lire aussi

Cette position est tenue de longue date par l'Insoumis. Elle rejoint une méfiance ancienne de Jean-Luc Mélenchon pour la diplomatie américaine. "On voit bien comment les USA veulent ouvrir un nouveau front, poursuit Jean-Luc Mélenchon. On devine d’avance le lamento anti-Chinois qui va bientôt nous être servi sans relâche par les chaînes de propagande en continu. Évidemment, on va bientôt parler de sanctions économiques. Un jour ou l’autre, le bilan réel de ce genre de mesures sera fait. Il suffit de voir ce qui se passe à propos de la Russie pour comprendre à qui profite cette 'stratégie'. Et à qui elle nuit réellement."

Le chef de file des Insoumis disait l'année dernière refuser "la guerre froide avec la Chine", au sujet d'une proposition de résolution à l'Assemblée nationale en faveur de la participation de Taïwan aux travaux des organisations internationales.

"Petit télégraphiste de Pékin"

Au sein de la France Insoumise, l'analyse de Jean-Luc Mélenchon ne semble pas poser de problème. Emmanuel Bompard, directeur de ses deux dernières campagnes présidentielles et invité sur RTL ce 5 aout 2022, reprend l'argumentaire : "Je crois [que la visite de Nancy Pelosi était malvenue], oui. Je rappelle que la position traditionnelle de la France depuis le général de Gaulle, que le droit international aujourd'hui défendent le concept 'une seule Chine'", rappelle-t-il. 

"Quand il y a un conflit territorial de cette nature, ça doit se régler au sein du pays en question. Je crois que les États-Unis n'ont rien à faire en allant jeter de l'huile sur le feu comme ça. Une opération qui se traduit par une réponse à laquelle on est en train d'assister aujourd'hui. Je crois qu'on a suffisamment de désordre au niveau international pour ne pas en rajouter." 

Dans la majorité, la position de Jean-Luc Mélenchon suscite l'indignation. "Il est une constante chez Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise : ils sont toujours du côté des régimes autoritaires, jamais des démocraties, a écrit Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale. Dans la même semaine ils se sont opposés à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, et ont abandonné Taïwan en rase campagne." À droite, le sénateur LR Stéphane Le Rudulier a qualifié Jean-Luc Mélenchon de "petit télégraphiste de Pékin". Nathalie Loiseau du groupe Horizon a ironisé sur ces félicitations de l'ambassade de Chine : "On a les alliés qu'on mérite", écrit-elle sur Twitter. 

Manoeuvres militaires

Pékin a lancé jeudi les plus importantes manœuvres militaires de son histoire autour de Taïwan, une réponse musclée à la visite de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi sur l'île. L'armée chinoise a lancé une série de missiles qui ont survolé Taïwan avant de tomber pour la première fois dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon. 
Vingt-deux avions de combat chinois sont brièvement entrés jeudi dans la zone de défense aérienne taïwanaise, a annoncé le ministre de la Défense taïwanais. 

Pour Pékin, ces manœuvres sont "une mesure nécessaire et légitime" après la visite de Nancy Pelosi. Les visites de responsables et parlementaires étrangers se sont également multipliées ces dernières années, provoquant l'ire de Pékin. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/