2 min de lecture Politique

Steve : "Il y a un questionnement" sur l'usage des lacrymogènes, précise Castaner

Malgré une enquête de l'IGPN n'établissant aucun "lien" entre l'intervention des forces de l'ordre et la chute de Steve dans la Loire, Christophe Castaner a expliqué que "l'opportunité" de l'usage des lacrymogènes pose question.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 30 juillet 2019 à Paris
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 30 juillet 2019 à Paris Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

"Il ne peut être établi de lien entre l'intervention de la police et la disparition." Ce sont les mots du Premier ministre le 30 juillet dernier, au lendemain de la découverte du corps de Steve. Ce vendredi 2 juillet pourtant, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a estimé "qu'il y a un questionnement sur l'utilisation des lacrymogènes." 

"La question est posée. C'est aussi à ça que nous devons répondre", a déclaré Christophe Castaner, en marge d'un déplacement à l'aéroport d'Orly. Dès le 26 juin, il n'avait pas écarté que la disparition du jeune homme soit liée à l'opération policière. "Un jeune homme a disparu et peut-être est-ce lié à une opération, à une intervention de la police", avait expliqué le ministre à l'Assemblée nationale, deux jours après avoir saisi l'IGPN. 

Dans la nuit du 21 au 22 juin, nuit de Fête de la musique, à 4 heures du matin, une vingtaine de policiers s'étaient rendus sur le quai Wilson à Nantes pour faire respecter l'heure limite de diffusion de la musique. Des échauffourées avaient éclaté, des participants au concert ont raconté avoir été aveuglés par un nuage de gaz lacrymogène et certains avaient chuté dans le fleuve. Le corps de Steve n'a été retrouvé qu'un mois plus tard

"Il n'y a pas d'interdiction des manifestations"

Plusieurs appels ont été diffusés sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à Steve samedi 3 août à Nantes. Le préfet de Loire-Atlantique, Claude d'Harcourt, a interdit toute manifestation dans le centre-ville, qui sera "protégé et inaccessible". Il a annoncé avoir "pris des dispositions particulières et spéciales" dans ce sens. 

À lire aussi
Macky Sall lors de son élection en 2012 immigration
La France et le Sénégal s'unissent contre les migrations irrégulières

"Je comprends parfaitement la volonté d'un hommage mais je ne connais pas d'hommage qui se fasse dans la violence", a affirmé Christophe Castaner. "Il n'y a pas d'interdiction des manifestations (...), évidemment demain il y a la possibilité d'organiser un rassemblement (...) mais cela est encadré pour éviter des débordements et des violences", a ajouté le ministre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Christophe Castaner Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants