2 min de lecture Patrick Buisson

Sondages de l'Élysée : Patrick Buisson affirme avoir "freiné les dépenses publiques"

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, mis en examen dans l'affaire des sondages de l'Élysée, affirme ne pas avoir "pillé" l'Élysée et évoque la complicité de Claude Guéant.

Patrick Buisson, le 15 octobre 2012
Patrick Buisson, le 15 octobre 2012 Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Après la mise en examen de six proches de Nicolas Sarkozy en juin dernier, Patrick Buisson avait été entendu par la police judiciaire le 29 juillet, avant d'être convoqué par les juges le 13 octobre dernier. Mais l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy ne s'était encore jamais expliqué sur l'affaire des sondages de l'ÉlyséeUne polémique, débutée en 2009, après la publication d'un rapport de la Cour des comptes qui épingle une convention passée en 2007 entre l'Élysée et le cabinet de Patrick Buisson en dehors de tout appel d'offres.

Selon les informations de L'Obs, l'ex patron de Minute a multiplié les références historiques et les anecdotes pour prouver son innocence dans cette affaire judiciaire. "Non, il n'a pas pillé l'Élysée à coups de sondages surfacturés", relaie le site internet du média. L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, aujourd'hui à la tête de la chaîne Histoire, est mis en examen pour recel de favoritisme, abus de biens sociaux et détournement de fonds publics par un particulier bien qu'il affirme ne jamais avoir demandé de travail à l'Élysée.

Une rémunération de deux millions d'euros

Selon ses dires, l'ex-président serait venu à lui le 11 mai 2007 pour lui proposer un poste de conseiller politique "dédié à soigner et orienter son image, grâce à un suivi et une analyse des sondages", écrit l'Obs. Patrick Buisson mène alors la danse face à Nicolas Sarkozy, grâce notamment à la complicité de Claude Guéant, déjà mis en cause à plusieurs reprises dans cette affaire. Mais son importance pourrait être encore plus grande alors que l'ancien secrétaire général de l'Élysée aurait accepté de fixer le budget sondages à 1,5 million à la demande de Patrick Buisson.

Une rémunération, estimée au final à deux millions d'euros en deux ans, qui attire rapidement la Cour des comptes. Des appels d'offres sont alors lancés à l'été 2009 et Patrick Buisson est écarté alors qu'il affirme avoir "freiné les dépenses publiques". Les deux millions d'euros qui font aujourd'hui débat ne seraient donc que la juste récompense de son travail mené en faveur de l'ancien chef d'État. Le très droitier conseiller aurait tout de même confessé que certains sondages payés par l'Élysée avaient un but tout autre que le bon fonctionnement de la République, celui-ci ne s'est pas arrêté là après le passage de la Cour des comptes. Patrick Buisson aurait continué son activité lucrative... à l'UMP.

À lire aussi
Claude Guéant, le 5 décembre 2018 Nicolas Sarkozy
Sondages de l'Élysée : Claude Guéant et d'ex-proches de Sarkozy renvoyés en correctionnelle

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Patrick Buisson Élysée Sondage
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants