1 min de lecture Polémique

Smic : la question du pouvoir d'achat donne le tournis à la classe politique

ÉDITO - Voilà qu'une partie de la droite préconise désormais d'augmenter le salaire minimum interprofessionnel de croissance. Le journaliste François Lenglet décrypte ce virage politique.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Smic : la question du pouvoir d'achat donne le tournis à la classe politique Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : François Lenglet | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

On y perd son latin. Voilà Guillaume Pelletier, l'un des vice-présidents des Républicains, qui se déclare en faveur d'une augmentation du salaire minimum de 10 à 20%, c'est-à-dire d'environ 200 euros nets par mois. Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, lui a emboîté le pas.

Curieusement, ceux deux-là retrouvent ici la gauche de la gauche, et en particulier Jean-Luc Mélenchon, qui proposait, dans son programme présidentiel d'augmenter le Smic de 16%. Certes, c'est une convergence qui n'est pas totale, car les deux leaders de la droite préconisent de réduire, en contrepartie, les charges sociales sur les salaires, pour ne pas pénaliser l'entreprise.
 
Il y a une raison politique à ce virage. Le terrain de la droite, au plan économique, est largement occupé par Emmanuel Macron, dont le programme recoupe largement celui de la droite traditionnelle.

Pour s'opposer à Macron, il faut s'en différencier. Et cela de façon concrète et compréhensible par l'électeur. Le thème du pouvoir d'achat répond à ces deux nécessités. 

À lire aussi
Les forains ont violemment manifesté, vendredi 22 mars au Mans, ce qui a provoqué l'évacuation de la mairie société
La mairie du Mans évacuée en raison d'une manifestation "violente" des forains

Salaires augmentés = consommation accrue ?

Il y a aussi un raisonnement économique. Si les salaires augmentent, la consommation progressera, et l'économie s'en portera mieux. Tout dépend en fait des pays concernés. C'est tout à fait vrai en Allemagne, qui déprime sa demande à force d'effort de compétitivité pour exporter.

Mais en France, l'économie ne souffre pas d'une insuffisance de demande intérieure. La meilleure preuve c'est que nous sommes en déficit commercial, en achetant plus à l'étranger que ce que nous y vendons. 
 
Si on ne baisse pas les charges parallèlement, cela risque de détruire des emplois, en particulier dans les entreprises de services et l'agriculture, qui sont les plus utilisatrices du Smic.

Avec un coût du travail plus élevé, la tentation sera forte de remplacer, par exemple, les caissières par des machines, ou de faire appel aux innombrables sociétés de travail détaché, qui fournissent du travail agricole deux fois mois cher que chez nous.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Les Républicains Smic
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793863830
Smic : la question du pouvoir d'achat donne le tournis à la classe politique
Smic : la question du pouvoir d'achat donne le tournis à la classe politique
ÉDITO - Voilà qu'une partie de la droite préconise désormais d'augmenter le salaire minimum interprofessionnel de croissance. Le journaliste François Lenglet décrypte ce virage politique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/smic-la-question-du-pouvoir-d-achat-donne-le-tournis-a-la-classe-politique-7793863830
2018-06-25 08:11:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Na_wFeVUilojvrO_ucjn9w/330v220-2/online/image/2018/0625/7793864017_une-partie-des-republicains-prone-l-augmentation-du-smic-illustration.jpg