2 min de lecture Rwanda

Emmanuel Macron : "La France a une responsabilité politique au Rwanda"

Lors d'un discours très attendu, Emmanuel Macron a tenu à "reconnaître" les "responsabilités" de la France dans le génocide rwandais.

Emmanuel Macron au Rwanda le 27 mai 2021
Emmanuel Macron au Rwanda le 27 mai 2021 Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Je viens reconnaître nos responsabilités" dans le génocide rwandais. Emmanuel Macron s'est rendu ce jeudi 27 mai au Mémorial du génocide de 1994 à Kigali. Le génocide a débuté au lendemain de la mort du président Juvenal Habyarimana lorsque son avion est abattu le 6 avril 1994. 

L'objectif de cette visite présidentielle est de réconcilier la France et le Rwanda. Selon le président de la République, la France "n'a pas été complice". Mais Emmanuel Macron explique qu'elle a fait "trop longtemps prévaloir le silence sur l'examen de la vérité" et "a endossé une responsabilité accablante".

Jusqu'à présent, Nicolas Sarkozy était le seul président à s'être rendu à Kigali depuis le génocide de 1994. Il avait alors reconnu de "graves erreurs" et "une forme d'aveuglement" des autorités françaises ayant eu des conséquences "absolument dramatiques". 

Les "responsabilités lourdes et accablantes" de la France

En mars dernier, un rapport d'historiens dirigé par Vincent Duclert était consacré au rôle de la France au Rwanda avant et pendant le génocide. Ce rapport de 1.200 pages avait conclu aux "responsabilités lourdes et accablantes" de la France et à l'"aveuglement" du président socialiste de l'époque François Mitterrand et de son entourage face à la dérive raciste et génocidaire du gouvernement hutu que soutenait alors Paris. 

À lire aussi
nationalisme
G7 : contre le vote nationaliste, Macron prône des décisions internationales "utiles"

"En me tenant, avec humilité et respect, à vos côtés, ce jour, je viens reconnaître nos responsabilités, a déclaré Emmanuel Macron. Reconnaître ce passé, c'est aussi et surtout poursuivre l'œuvre de justice. En nous engageant à ce qu'aucune personne soupçonnée de crimes de génocide ne puisse échapper au travail des juges". 

Le sang qui a coulé n'a pas déshonoré ses armes ni les mains de ses soldats qui ont eux aussi vu de leurs yeux l'innommable

Emmanuel Macron
Partager la citation

Le président français a toutefois estimé que la France "n'a pas été complice". "Les tueurs qui hantaient les marais, les collines, les églises n'avaient pas le visage de la France", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Le sang qui a coulé n'a pas déshonoré ses armes ni les mains de ses soldats qui ont eux aussi vu de leurs yeux l'innommable, pansé des blessures, et étouffé leurs larmes". La France "a un devoir, celui de regarder l'histoire en face et de reconnaître la part de souffrance qu'elle a infligée au peuple rwandais en faisant trop longtemps prévaloir le silence sur l'examen de la vérité", a-t-il aussi expliqué Emmanuel Macron. 

Le président d'une des plus importantes associations de soutien aux victimes du génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda a regretté qu'Emmanuel Macron n'ait pas présenté "clairement des excuses" dans son discours sur le rôle de la France dans le génocide

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rwanda International
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants