1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Rwanda : le discours de Macron "ne suffit pas", selon le fondateur du Collectif des parties civiles
1 min de lecture

Rwanda : le discours de Macron "ne suffit pas", selon le fondateur du Collectif des parties civiles

INVITÉ RTL - Alain Gauthier attendait que le chef de l'État, en visite à Kigali, présente officiellement des excuses au nom de la France pour sa responsabilité dans le génocide.

Emmanuel Macron était à Kigali, capitale du Rwanda, ce jeudi 27 mai.
Emmanuel Macron était à Kigali, capitale du Rwanda, ce jeudi 27 mai.
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Rwanda : le discours de Macron "ne suffit pas", selon le fondateur du Collectif des parties civiles
08:10
Rwanda : le discours de Macron "ne suffit pas", selon le fondateur du Collectif des parties civiles
08:10
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto
Animateur

"Très déçu" et même "en colère" : Alain Gauthier, cofondateur du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), n'a pas mâché ses mots après le discours d'Emmanuel Macron à Kigali, jeudi 27 mai. Le président de la République a certes reconnu "la responsabilité" de la France" dans le génocide de 1994 et employé le mot "pardon", mais il n'a pas présenté formellement d'excuses.

Invité de RTL Soir, Alain Gauthier, qui a fondé avec son épouse Dafroza cette association dans le but de traduire en justice les génocidaires vivant encore en France, a estimé que les paroles d'Emmanuel Macron ne "suffisaient pas". "Les rescapés auraient apprécié que le président français, qui n’a aucune responsabilité personnelle dans cet engagement, puisse présenter des excuses. (...) Je ne dis pas que tout est négatif, il y avait beaucoup de compassion. Mais je pense que ça ne suffit pas, il fallait avoir le courage d’aller jusqu'au bout", a-t-il estimé.

"Monsieur Macron n’a pas fait autre chose que de redire ce que le rapport Duclert avait avancé, c’est-à-dire reconnaître des responsabilités de l’Etat français en 1994", a-t-il encore dit, faisant référence au rapport remis en mars par l'historien Vincent Duclert.


Alain Gauthier a rappelé que de nombreux responsables du génocide vivaient impunément sur le territoire français27 ans après les faits. "C’est difficile d’évaluer leur nombre. Pendant longtemps, j’ai parlé d'une centaine mais je suis peut-être loin de la réalité. Il en arrive encore en ce moment." Il a réitéré sa demande de "nouveaux moyens" pour la justice française, réclamant "des juges d’instruction spécialisés" pour le cas rwandais.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/