1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Remaniement : "C'est l'énarchie qui va gouverner", fustige Éric Zemmour
1 min de lecture

Remaniement : "C'est l'énarchie qui va gouverner", fustige Éric Zemmour

DÉBAT - Gouvernement d'experts ou de technocrates ? Alain Duhamel et Éric Zemmour ont leur avis sur la question.

Emmanuel Macron et le 2e gouvernement d'Édouard Philippe
Emmanuel Macron et le 2e gouvernement d'Édouard Philippe
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Remaniement : "C'est l'énarchie qui va gouverner", fustige Éric Zemmour
10:08
Remaniement : "C'est l'énarchie qui va gouverner", fustige Éric Zemmour
10:11
Éric Zemmour & Alain Duhamel

Si la promesse d'un gouvernement resserré n'a pas vraiment été tenue (29 ministres et secrétaires d'État au lieu de 18 dans le gouvernement précédent, ndlr), la société civile a bel et bien trouvé sa place au sein du nouveau gouvernement Philippe II. On peut part exemple citer la juriste et professeure de droit Nicole Belloubet, nommée garde des Sceaux, ou encore l'éditrice Françoise Nyssen, nommée rue de Valois au ministère de la Culture. Mais la composition du deuxième gouvernement d'Édouard Philippe est à double-tranchant : si certains estiment qu'il est constitué d'experts, d'autres n'hésitent pas à le qualifier de gouvernement de "technocrates". 

"C'est à peu près la même chose mais le mot expert bénéficie d'une connotation positive alors que technocrate a lui une connotation négative", note Alain Duhamel, qui veut "donner sa chance au nouveau gouvernement en lui préférant la qualification d'expert. Éric Zemmour n'est quant à lui pas du même avis. "Je me suis demandé si le nom de la dernière promotion de l'ENA n'était pas 'société civile'", dit-il. 

"Depuis le début, c'est le grand retour de l'énarchie, on est revenus aux années 1970", déplore le journaliste. "C'est l'énarchie qui va gouverner et pire que ça : les ministres on ne les connaît pas et dans deux ans on ne les connaîtra pas plus", estime-t-il, redoutant un pouvoir très centralisé autour d'Emmanuel Macron, et évoquant le parallèle avec Valéry Giscard d'Estaing : "Il y avait le Président, et son équipe de technocrates. Ici c'est la même chose". 

Alain Duhamel donne une explication quant au choix du Président et de son Premier ministre de nommer des ministres "experts" peu connus du grand public : "Ce n'est pas par hasard, on est en période de crise et il faut imaginer des solutions différentes et originales. Il ne faut pas faire de leurs compétences un handicap, prévient l'éditorialiste. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/