1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Régionales 2021 : "La machine implose", fustige Natacha Polony
2 min de lecture

Régionales 2021 : "La machine implose", fustige Natacha Polony

ÉDITO - Avec une abstention record, Natacha Polony questionne le système politique actuel, propose des solutions et remet en cause les médias dans la gestion des élections régionales.

Bureau de vote. (Illustration)
Bureau de vote. (Illustration)
Crédit : THEO ROUBY / AFP
micro générique
Natacha Polony

Depuis hier soir, on commente les résultats de ce premier tour, mais le fait majeur, c’est le taux d’abstention : 67%. On se dit "tant pis pour les Français, ils n’avaient qu’à voter" ou on s’inquiète enfin ? On va être clairs, une démocratie sans citoyens qui décident du destin commun, ce n’est tout simplement plus une démocratie. 67% d’abstention, ce n’est pas un événement qui mérite qu’on parle de "séisme" le dimanche soir, avant de passer à autre chose. Ça signifie que la machine implose.


Alors, on connaît les causes : d’abord, ces élections précisément. Quel est le tordu qui a imaginé des élections régionales à listes départementales le même jour que des élections départementales. Et puis, dans l’une on peut se maintenir au dessus de 10%, dans l’autre c’est 12,5% des inscrits… Je vous mets au défi de comprendre les règles du jeu

On a un énorme problème institutionnel, avec une répartition des pouvoirs, un mille-feuille administratif délirant. D’ailleurs, le seul endroit où les électeurs se sont déplacés, c’est en Corse, parce que là, il y a un enjeu : un collectivité autonome avec des gens qui veulent défendre une spécificité régionale.

Comment y remédier ?

C’est aussi aux électeurs de se prendre en main. On a l’impression que personne n’est jamais content mais qu’au moment de décider, tout le monde se dérobe. D’où le fait qu’il faut une réflexion institutionnelle. Comptabiliser le vote blanc, par exemple, et décider qu’au delà d’un certain taux d’abstention et de vote blanc, l’élection n’est pas valable. Là, ça permet aux électeurs de faire savoir qu’ils ne se reconnaissent pas dans le choix qui leur est offert.

À lire aussi


Il y a des réformes institutionnelles possibles, mais ça nécessite que toute la classe politique comprenne que le statu quo n’est pas tenable, que ça va finir par exploser dans la rue si on continue à n’avoir aucune traduction politique de la colère. Parce que, même les indifférents, même ceux qui considèrent que ça ne sert plus à rien de voter, que rien ne change jamais, nourrissent en fait une colère qui peut un jour exploser. Nier ça, comme le font certains commentateurs, c’est irresponsable.

Quel est le rôle des médias dans les élections ?

À quoi ressemble le paysage médiatique ? C’est l’extension infinie du modèle des débats de chaînes d’infos : les sujets ne sont pas sélectionnés en fonction de l’importance journalistique qu’on leur accorde mais en fonction de l’audience supposée. Et les débats se font entre des invités les plus caricaturaux possibles pour qu’il y ait du clivage, parce que sinon, on a l’impression qu’il ne se passe rien.


Résultat, plus d’émissions politiques de fond, les débats sociétaux ont lieu sur le plateau de Cyril Hanouna et des politiques qui y vont pour se faire croire qu’ils sont proches de gens. Là aussi, il va falloir une sacrée introspection de tous les acteurs du système. Parce que ce n’est pas un hasard si les citoyens englobent les médias dans leur détestation des supposées élites. Alors, on fait quoi ? On continue comme ça jusqu’à l’explosion ?

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/