1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réforme des retraites : comment les services d'ordre des syndicats empêchent les black blocs de s'infiltrer
2 min de lecture

Réforme des retraites : comment les services d'ordre des syndicats empêchent les black blocs de s'infiltrer

REPORTAGE - Dans les cortèges, les services d'ordre des syndicats s'organisent pour éviter l'infiltration des casseurs et des black blocs.

La venue de "Black Blocs" est redoutée. (illustration)
La venue de "Black Blocs" est redoutée. (illustration)
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Réforme des retraites : comment les black blocs tentent d'infiltrer le cortège des syndicats
00:01:51
Nicolas Burnens - édité par Angéline Da Costa

Entre 757.000 et 2 millions de manifestants ont défilé en France ce mardi 7 février, d'après les estimations du ministère de l'Intérieur de la CGT. Si l'ambiance était plus festive que violente, à Paris, on dénombre quelques dizaines d'interpellations et des vitrines brisées. Pourtant, les dégâts auraient pu être considérables, car les Black Bloc, très nombreux, ont tenté d'infiltrer les cortèges en se mêlant aux syndicats. Heureusement, ces derniers ont pu limiter la casse avec leur propre service d'ordre. 

À l'avant du cortège syndical, Alain, le chef de la sécurité, donne ses instructions et invite les manifestants à se mettre en ligne. De leur côté, les membres du service d'ordre serrent les rangs pour protéger les manifestants. Sébastien, l'un d'entre eux, explique que le but, "c'est d'empêcher les individus extérieurs de la manifestation officielle de pouvoir intégrer le cortège officiel", explique-t-il, "pour casser et nuire aux forces de l'ordre".

Lorsqu'un groupe de Black Bloc tente de s'infiltrer parmi les manifestants pacifiques, il fonce sur les syndicats pour les provoquer et la tension monte. Ils sont facilement repérables, nous raconte Alain "ce sont des gens qui sont habillés en noir, on a pu en voir avec des foulards". Une fois localisés, la présence de Black Bloc est signalée directement afin que les forces de l'ordre interviennent immédiatement. 

Les casseurs finissent par s'attaquer à la devanture d'une agence bancaire. Jacky a tenté en vain de les calmer. "Nous, on est là vraiment pour désamorcer. On n'est pas là pour se battre" témoigne-t-il. Leur but reste avant tout de sécuriser le mouvement, mais "le problème, c'est qu'on va arriver vers des mouvements qui bougent, si le gouvernement ne bouge pas, ils vont se radicaliser de plus en plus", s'inquiète-t-il. Lorsque les gendarmes interviennent, les charges, les coups de matraque et les interpellations pleuvent. Le cortège reprend sa route une fois le calme revenu. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire