1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Réforme constitutionnelle : le maintien de la déchéance de nationalité déboussole la majorité
2 min de lecture

Réforme constitutionnelle : le maintien de la déchéance de nationalité déboussole la majorité

REPLAY - Plusieurs parlementaires socialistes sont très critiques face au maintien de la mesure controversée et s'interrogent sur leur vote en février prochain.

Les députés en session à l'Assemblée nationale
Les députés en session à l'Assemblée nationale
Réforme constitutionnelle : le maintien de la déchéance de nationalité déboussole la majorité
00:01:46
Olivier Bost & Benjamin Hue

Invité du journal de 20 heures de TF1, mercredi 23 décembre,  Manuel Valls s'est dit convaincu d'avoir une large majorité pour voter la révision constitutionnelle qui sera débattue à l'Assemblée nationale à partir du 3 février prochain. Dans les faits, ce n'est pas si évident. La gauche est très divisée depuis l'annonce du maintien de l'extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français dans le projet de réforme de la loi fondamentale présenté mercredi. Les responsables de la majorité ont commencé à faire leurs comptes à l'Assemblée : d'après eux, le texte ne passe pas.

De nombreux parlementaires socialistes ne digèrent pas l'insistance de l'exécutif à vouloir reprendre à son compte une proposition de longue date du Front national. "Autant vous dire que je ne vais pas applaudir une mesure qui n'est rien d'autre que celle qui avait été formulée par le FN, reprise en 2007 par Nicolas Sarkozy et qu'à l'époque, ceux qui la proposent aujourd'hui, l'avaient combattu. Qu'on ne s'étonne pas du désarroi que ça crée chez les citoyens. C'est un cadeau de noël au FN", dénonce le député des Français de l'étranger Pouria Amirshahi, dont le point de vue est partagé par de nombreux parlementaires, et pas seulement des frondeurs.

Les députés socialistes s'interrogent

Le choix du couple exécutif achève de déboussoler une majorité en perte de repères depuis le début du quinquennat de François Hollande. "La nausée, ils nous auront tout fait", s'est exclamé Jean-Luc Mélenchon dans la foulée de l'annonce du maintien de la disposition controversée en conseil des ministres. La gauche radicale s'estime trahie dans le sillage de sa championne Christiane Taubira, désavouée sur un texte qu'elle va devoir défendre. À l'opposé de l'échiquier, le Front national se dit prêt à voter la réforme constitutionnelle. "À force de rompre les digues, on finit noyé", formule le député Pascal Lamy, proche de Martine Aubry.

Au-delà du spectaculaire revirement politique, plusieurs députés de la majorité doutent de la pertinence même de la disposition. "L'efficacité n'est pas l'enjeu premier", a répété Manuel Valls à l'issue du conseil des ministres mercredi pour défendre cette mesure "à caractère hautement symbolique". "C'est un débat qui amuse la galerie mais qui, en réalité, n'a aucun sens pour un jihadiste. C'est un peu un trophée qu'il peut ramener en Syrie, ça n'a aucun intérêt", regrette le député PS Pascal Terrasse, membre du pôle des réformateurs, l'aile droite du PS, pas franchement dans l'opposition au gouvernement. "Si ça ne sert à rien, à quoi bon la voter ?", s'interroge un autre député.

Quelle majorité parlementaire ?

À lire aussi

Le couple exécutif va devoir convaincre au-delà des clivages partisans traditionnels pour voter le projet de révision constitutionnelle à l'Assemblée nationale. À l'Élysée, l'entourage de François Hollande reste persuadé qu'il y aura bien une majorité, avec la droite et une partie de la gauche, pour faire passer la réforme. Plusieurs députés frondeurs ont déjà fait part de leur vote négatif. Mais le gouvernement devrait recevoir le soutien des Radicaux et des députés UDE du groupe écologiste, affirme Le Figaro. Le projet de réforme devra réunir une majorité de 3/5e des suffrages exprimés des 925 parlementaires réunis en Congrès pour être adopté.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/