1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Que reste-t-il au PS ? "Pas grand chose", selon Alain Duhamel
2 min de lecture

Que reste-t-il au PS ? "Pas grand chose", selon Alain Duhamel

REPLAY - Après la décision de Najat Vallaud-Belkacem de ne pas briguer la tête du Parti socialiste, la reconstruction semble d'autant plus compliquée pour le parti historique.

Le Parti socialiste (image d'illustration)
Le Parti socialiste (image d'illustration)
Crédit : Nicolas Messyasz//NICOLASMESSYASZ_0011_2017_08_27b_220a/Credit:NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1708271613
L'Edito d'Alain Duhamel du 04 janvier 2018
03:29
Alain Duhamel

Le PS peut-il sortir de sa traversée du désert ? Najat Vallaud-Belkacem a annoncé dans L'Obs qu'elle renonçait à briguer la présidence du Parti socialiste. "C'est un signal humiliant pour le parti", commente Alain Duhamel. Car l'ancienne ministre était largement favorite pour le poste de premier secrétaire. "Elle claque la porte. Elle refuse la proposition", analyse l'éditorialiste, qui juge la situation du parti à la rose d'"inquiétante" et "anxiogène". Une formation politique historique qui traverse une crise sans précédent, après sa débâcle à la dernière élection présidentielle. 

"Une crise militante, une crise financière, mais derrière ça, une crise idéologique", selon Alain Duhamel. Un parti isolé donc, "qui n'a plus d'allié", en pleine "crise d'identité globale", ajoute-t-il. La question du futur leader du Parti socialiste et de son incarnation continue de se poser. "Elle n'est pas réglée du tout, elle est même encore plus compliquée maintenant", commente l'éditorialiste. Seul candidat officiel à la tête du parti : Luc Carvounas, qui "rêve de ressusciter une alliance avec Mélenchon, qui n'en veut pas", tranche Alain Duhamel. Olivier Faure et Stéphane Le Foll pourraient également se lancer dans la course. 

"Stéphane Le Foll incarne quand même le quinquennat précédent et Olivier Faure, il est président du groupe socialiste et il dit qu'il est bien où il est", explique l'éditorialiste. Une seule solution pourrait, selon lui, mettre tout le monde d'accord : Bernard Cazeneuve. "Mais pour aller le ressortir, il faudrait qu'il y ait une délégation générale de toutes les tendances et le consensus n'est pas la caractéristique du PS", nuance Alain Duhamel.

Le PS peut-il sortir de la crise ?

"On sait bien que les partis sont mortels ou bien qu'ils peuvent agoniser pendant des années et des années", constate l'éditorialiste. Mais il reste au parti selon lui, "une implantation" et "une tradition", mais que lui reste-t-il d'autre ? "Pas grand-chose", tranche Alain Duhamel.

À lire aussi

Il reste pourtant, politiquement parlant, un espace vide entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Mais cet espace, selon l'éditorialiste, "dépend beaucoup plus de Macron et de Mélenchon que de celui qui sera à la tête du PS".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/