1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Proportionnelle aux législatives : Bayrou tente (encore) de convaincre
2 min de lecture

Proportionnelle aux législatives : Bayrou tente (encore) de convaincre

ÉDITO - Le président du MoDem a de nouveau plaidé en faveur de la proportionnelle pour les élections législatives qui auront lieu en 2022. Si une majorité de Français y est favorable, la partie est loin d'être gagnée.

François Bayrou
François Bayrou
Crédit : M6
La proportionnelle aux élections législatives, Bayrou tente (encore) de convaincre
03:24
Proportionnelle aux législatives : Bayrou tente (encore) de convaincre
03:24
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
Journaliste

François Bayrou a adressé hier une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander la proportionnelle aux prochaines élections législatives. Pourquoi cela peut-il être intéressant ? Passons les façons d’y arriver : un référendum, une proposition de loi, la proportionnelle, mais seulement dans les départements les plus peuplés…Tout ça, c’est de la technique, de la tactique. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a encore une fenêtre pour installer la proportionnelle et que trois Français sur quatre y sont favorables.

Et ce qui est intéressant, le vrai sujet, ce sont les arguments qui plaident pour cette proportionnelle aux législatives. D’abord, toutes les sensibilités politiques seraient justement représentées. Au second tour de l’élection présidentielle en 2017, un électeur sur trois a voté pour Marine Le Pen. Aujourd’hui, Le Rassemblement National a moins de 10 députés sur 577 à l’Assemblée nationale. On peut s’essayer à toutes les démonstrations, dans tous les sens : c’est une anomalie démocratique.

Le deuxième argument pour la proportionnelle, c’est un rééquilibrage d’un système devenu hyper-présidentielle avec le quinquennat. Le Président de la République avec un tel changement de règles du jeu serait obligé de composer des majorités, au grès de ses projets. L’Assemblée nationale redeviendrait un vrai lieu de débat, pas la chambre des postures. Cela pousserait au dialogue et au consensus. Dans une société très morcelée et un système politique qui s’use ça ne peut pas faire de mal. En fait, ça changerait la pratique du pouvoir.

Le spectre de la IVe République

Mais il y a aussi des arguments contre la proportionnelle. Le principal, c’est l’instabilité, le traumatisme de la IVe République. Sauf que le système était quand même très différent. Dans la IVe République, comme le rappelle François Bayrou dans son courrier qu’a révélé le journal L’Opinion, il n’y avait pas de Président de la République élu au suffrage universel direct.

À lire aussi

L’autre argument, qui s’entend, c’est que les partis vont reprendre la main. Ce sont eux qui font les listes de candidats, par département. C’est l’élection des apparatchiks et des barons.

Une première étape vers une rééquilibrage du pouvoir

Mais la proportionnelle peut-elle suffire ? Pour la prochaine élection oui. D’ailleurs, certains dans la majorité pensent qu’Emmanuel Macron n’aura peut-être pas de majorité sans la proportionnelle. Il a plutôt intérêt, m’a expliqué l’un de ses partisans, à se mettre dans le rôle de chef d’une coalition plutôt que de subir une coalition contre lui.

Mais ce n’est peut-être qu’une première étape d’un rééquilibrage du pouvoir. Derrière, il faudra revoir le couple Président – Premier ministre. L’un préside, sans moyen, l’autre gouverne sans toujours prendre les décisions.

Un responsable de la majorité suggère aussi de moderniser le fonctionnement du Parlement. Tout ça, ça fait des idées pour la campagne présidentielle de 2022. Mais avant tout cela, Emmanuel Macron a l’occasion, une dernière occasion avec la lettre de François Bayrou, de tenir l’une de ses promesses de 2017 :la mise en place de la proportionnelle…

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/