1 min de lecture Harcèlement

Projet de loi Schiappa : l'Assemblée nationale vote la verbalisation de rue

Le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles, défendu par Marlène Schiappa, vient d'être adopté à l'Assemblée nationale. Parmi les mesures clés : la verbalisation de l'outrage sexiste.

Marlène Schiappa défend son projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles à l'Assemblée nationale, le 15 mai 2018.
Marlène Schiappa défend son projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles à l'Assemblée nationale, le 15 mai 2018. Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
Emeline Ferry
et AFP

Elle en avait fait l'une des mesures phares de son projet de loi contre les violences sexistes et sexuellesvoté ce mercredi 16 mai 2018 par l'Assemblée nationale. Marlène Schiappa s'est réjouie de l'adoption de la mesure sur la verbalisation de rue pour "outrage sexiste". Pour la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, l'adoption de ce texte est une première victoire, après trois jours de débats animés dans l'hémicycle.

Le projet de loi, qui doit maintenant être débattu au Sénat, a été approuvé par 115 voix contre 29 et 25 abstentions. Parmi les mesures controversées, l'article 2 concernant la répressions des abus sexuels sur mineurs a été l'objet de discussions passionnelles, entre ses défenseurs et ses détracteurs qui y voient la promesse d'une correctionnalisation du viol sur mineurs. 

La secrétaire d'État s'est également félicitée de l'adoption d'une mesure qu'elle avait beaucoup défendu : la verbalisation pour sanctionner le harcèlement de rue. "Enfin, il ne sera plus permis d'intimider, de suivre, d'invectiver les femmes dans l'espace public !", s'est réjouie Marlène Schiappa sur Twitter.

À lire aussi
Les rues du Caire, en Égypte justice
Égypte : 8 ans de prison pour une Libanaise qui dénoncait le harcèlement sexuel

Elle souhaite punir d'une amende immédiate de 90 euros, pouvant être assortie d'un stage de civisme, les personnes coupables d'"outrage sexiste", c'est-à-dire prise en flagrant délit d'insultes, de menaces, de regards insistants ou obscènes, de sifflements ou du fait de suivre volontairement une personne dans un espace public.

La secrétaire d'État s'est défendue des critiques sur la mise en application de cette mesure. "C'est une nouveauté mondiale, qui fera partie des tâches des policiers du quotidien. En Belgique, cela ne marche pas parce qu'il faut aller déposer plainte", a-t-elle expliqué devant les députés, ce mercredi, rappelant que "huit femmes sur dix ont peur de sortir toute seule le soir dans la rue"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement Société Marlène Schiappa
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793414796
Projet de loi Schiappa : l'Assemblée nationale vote la verbalisation de rue
Projet de loi Schiappa : l'Assemblée nationale vote la verbalisation de rue
Le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles, défendu par Marlène Schiappa, vient d'être adopté à l'Assemblée nationale. Parmi les mesures clés : la verbalisation de l'outrage sexiste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/projet-de-loi-schiappa-l-assemblee-nationale-vote-la-verbalisation-de-rue-7793414796
2018-05-17 11:35:05
https://cdn-media.rtl.fr/cache/BBd6q_Vic1Gp6RimJ9i1wQ/330v220-2/online/image/2018/0517/7793414886_marlene-schiappa-defend-son-projet-de-loi-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles-a-l-assemblee-nationale-le-15-mai-2018.jpg