2 min de lecture Aéroports de paris

Privatisation d'Aéroports de Paris : l'opposition fait front commun contre le projet

Du côté du Sénat comme de l'Assemblée nationale, des parlementaires de droite et de gauche envisagent de déposer cette semaine une motion référendaire contre cette privatisation, défendue par Bruno Le Maire.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Privatisation d'Aéroports de Paris : l'opposition fait front commun contre le projet Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

Une initiative parlementaire se prépare contre la privatisation d'Aéroports de Paris. Cette proposition, défendue au gouvernement par Bruno Le Maire et contenue dans sa loi PACTE a été très combattue par l’opposition qui l’accuse de vouloir "tuer une poule aux œufs d’or". Elle a même fait grincer des dents dans la majorité, ce qui n'a pas empêché le ministre de l’Économie, qui veut remplir les caisses de son fonds d’investissement pour l’innovation, de la défendre bec et ongles. 

Le hic : les oppositions de droite et de gauche pourraient bien s’entendre sur son dos. Car du côté du Sénat comme de l’Assemblée nationale, des parlementaires envisagent de déposer cette semaine une motion référendaire contre ce projet. Autrement dit, ils espèrent provoquer l’organisation d’un référendum d’initiative partagée sur ce sujet. 

Alors bien sûr les conditions sont difficiles à atteindre, il leur faudra notamment 185 signatures de parlementaires dans un premier temps, puis 4,5 millions de signatures de Français. Ce n’est jamais arrivé… Mais, vous vous en doutez : l’exécutif se passerait bien de prendre le risque dans le contexte actuel.

LR et PS main dans la main

À l’Assemblée nationale, le député LR Gilles Carrez s’est associé avec la présidente du groupe socialiste, Valérie Rabault, qu’il connaît bien pour avoir déjà ferraillé en 2015, en vain, contre la privatisation de l’aéroport de Toulouse. Pour autant, Christian Jacob le chef de file de la droite ne soutiendra vraisemblablement pas l’initiative car il souhaite en passer par un simple recours au Conseil constitutionnel. 

À lire aussi
Des passagers à l'aéroport d'Orly, le 8 avril 2015 Connecté
L'aéroport d'Orly va tester la reconnaissance faciale à l’embarquement début 2020

Mais Gilles Carrez assure avoir déjà recueilli une quarantaine de signatures dans son groupe. Quant au PS, il est unanimement opposé au projet et devrait suivre logiquement sa présidente. La France insoumise et le Rassemblement national pourraient venir en renfort. Bref, selon les termes d’un conseiller macroniste : "Il y a un risque de coagulation des oppositions".

Ce sont les sénateurs LR, encore eux, qui pourraient détenir la clé de la réussite de ce projet. Or, lors du passage du projet de loi, ils ont voté contre, au nom du principe gaulliste selon lequel "on ne touche pas aux actifs stratégiques de l’État". "Ils y sont allés franco", se souvenait hier soir l’un de leurs collègues. Mais comme rien n’est simple au Palais du Luxembourg, difficile de dire pour l’heure si leur président Bruno Retailleau, qui n’est pas emballé par le principe, poussera pour autant en faveur d’une motion… Il abordera le sujet mardi en réunion de groupe. La course contre la montre est engagée.

La rédaction vous recommande

 





Lire la suite
Aéroports de paris Privatisation Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants