1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Prime d'activité : "C'est un outil qu'il faut renforcer", estime Gabriel Attal sur RTL
1 min de lecture

Prime d'activité : "C'est un outil qu'il faut renforcer", estime Gabriel Attal sur RTL

LE GRAND JURY - Le porte-parole de La République En Marche définit la prime d'activité comme un "puissant vecteur de retour à l'activité".

Gabriel Attal, invité du "Grand Jury" le 10 juin 2018
Gabriel Attal, invité du "Grand Jury" le 10 juin 2018
Crédit : SIPA / Frederic Bukajlo
Le Grand Jury de Gabriel Attal
50:56
Le Grand Jury du 10 juin 2018
51:14
Olivier Bost & Claire Gaveau

Existe-t-il trop d'aides sociales en France ? Interrogées sur cette question, 40% des personnes sondées estiment en effet le nombre "trop élevé". Elles sont revanche 32 % à juger que ce niveau est "juste ce qu'il faut" et 28 % à l'estimer "pas assez élevé", selon un sondage Les Échos, Radio Classique et l'Institut Montaigne.

Pour Gabriel Attal, porte-parole de La République En Marche, le vrai problème réside essentiellement dans la lisibilité de ces aides sociales. C'est pourquoi il appelle dès lors à "améliorer la lisibilité" mais aussi et surtout "améliorer l'accompagnement vers le travail". "Il faut améliorer la lisibilité, l'accompagnement vers le travail, il y a un vrai sujet sur la formation. Quelqu'un qui est au RSA, commence à avoir un accompagnement vers l'emploi six mois après", regrette-t-il, invité du Grand Jury RTL / Le Figaro / LCI.

C'est un puissant vecteur de retour à l'activité

Gabriel Attal

Dans cette logique, Gabriel Attal défend vertement la prime d'activité. "C'est un puissant vecteur de retour à l'activité", glisse-t-il. Et d'ajouter : "Il y a un enjeu important qui est que travailler doit toujours être mieux rémunéré que ne pas travailler. Et le cœur de cette prime, c'est cela".

Pas question donc de supprimer ou encore modifier cette prime. "Je considère que la prime d'activité est un outil qu'il faut renforcer et soutenir", martèle le porte-parole du parti majoritaire. Et ce, malgré un coût jugé de plus en plus important. "Il y a un coût croissant parce qu'il y a plus de bénéficiaires car il y a des emplois qui commencent à se créer en France", conclut-il.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/