1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : le pouvoir d'achat, un sujet brûlant pour LaREM
1 min de lecture

Présidentielle 2022 : le pouvoir d'achat, un sujet brûlant pour LaREM

Avec la hausse des prix du carburant et du gaz, le parti présidentiel centralise ses forces sur la question du pouvoir d'achat, primordiale aux yeux des Français.

Emmanuel Macron, le 5 octobre 2021
Emmanuel Macron, le 5 octobre 2021
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Présidentielle 2022 : LaREM donne le cap sur le pouvoir d'achat
02:47
Le pouvoir d'achat : jamais un bon sujet pour les sortants ! La Macronie est prévenue
02:47
- édité par Quentin Marchal

Il s'agit plus que jamais de l'un des principaux thèmes de la campagne présidentielle. Alors que le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi 21 octobre une indemnité inflation de 100 euros, la majorité présidentielle n'est pas pour autant débarrassée de la question pouvoir d'achat.

Dans la soirée du lundi 25 octobre, le bureau exécutif de La République en Marche (LaREM) avait invité Frédéric Dabi, le directeur général opinion de l'Ifop, qui les a prévenus : le pouvoir d'achat n'est jamais un bon sujet pour les sortants. "On a bien compris que c'était déterminant dans le vote" confie un dirigeant, alors que le thème du pouvoir d'achat se révèle brûlant en cette pré-campagne.

Ces dernières semaines, la macronie surveillait davantage les sujets régaliens comme l'immigration ou la sécurité, en considérant que la question économique et sociale était bien gérée. Depuis la rentrée, les marcheurs vantent même leur bilan marquée par une baisse d'impôts, un taux de chômage en baisse et une croissance forte. Mais cette tendance du "ça va mieux" se heurte au "tout augmente", avec la hausse des prix du carburant et du gaz.  

Concernant le chèque de 100 euros, les remontées ne sont pas unanimes. Si un cadre assure que la mesure est plutôt bien perçue, un autre confie avoir des reproches contre une mesure "électoraliste insuffisante pour ceux qui roulent beaucoup". "Les Français auraient été plus sensibles à une baisse des taxes", pointe enfin une députée.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/