1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Hausse des prix du gaz : en quoi la Russie est-elle responsable ?
2 min de lecture

Hausse des prix du gaz : en quoi la Russie est-elle responsable ?

ÉDITO - Selon plusieurs experts, la Russie a délibérément réduit ses approvisionnements de gaz alors qu'elle fournit 41% du gaz consommé en Europe.

Le prix du gaz va de nouveau augmenter au mois d'octobre (illustration)
Le prix du gaz va de nouveau augmenter au mois d'octobre (illustration)
Crédit : Eric PIERMONT / AFP
Les causes de la hausse des prix du gaz
03:41
Les causes de la hausse des prix du gaz
03:41
François Lenglet - édité par William Vuillez

Derrière l’incroyable hausse des tarifs du gaz qui sévit en France et en Europe, il y a un pays et un homme : la Russie de Poutine, qui fournit 41% du gaz consommé en Europe, et qui a sensiblement réduit ses approvisionnements alors que la reprise mondiale dopait la consommation. Selon plusieurs experts cités par le quotidien britannique The Telegraph, elle l’a fait délibérément. 

Parce qu’elle veut faire pression sur l’Allemagne et sur l’Europe afin que celles-ci autorisent la mise en service d’un gigantesque gazoduc qui traverse la Baltique, Nordstream 2. L’ouvrage vient d’être terminé, il compte plus de 1.000 kilomètres, part de Saint-Pétersbourg en Russie et arrive à Greifswald, sur la côte de la Baltique, en Allemagne du Nord. Il est au cœur d’un écheveau géopolitique où s’affrontent les grandes puissances d’aujourd’hui.
 
C’est un gazoduc russe et la Russie tient beaucoup à cet ouvrage, justement pour exporter son gaz en Europe, sans passer par les vieilles installations soviétiques qui traversent l’Ukraine, des tuyaux qui fuient, et dont l’utilisation est facturée cher par le gouvernement de l’Ukraine. 

Le rôle des États-Unis

Angela Merkel y tient également, tout comme l’industrie allemande, depuis que Berlin a décidé de sortir du nucléaire de façon improvisée et que les énergies renouvelables ne permettent pas de faire tourner les usines. Mais, pendant plusieurs années, c’est Donald Trump, l’ex-président américain, qui a bloqué l’achèvement des travaux. C’est à peine croyable, mais l’Amérique a en fait un droit de veto sur tout ce qui lui déplaît, où que ce soit. 

Trump redoutait, à juste titre d’ailleurs, que l’Allemagne ne s’installe dans la dépendance de Moscou. Et il menaçait Merkel de sanctions commerciales si elle passait outre. Sanctions commerciales qui auraient frappé les Mercedes, Volkswagen et autres BMW, pour lesquelles les États-Unis sont un marché critique. Mais tout a changé avec Joe Biden, qui, lui, a autre chose en tête. Il veut se rapprocher de la Russie pour éviter qu’elle ne fasse front avec la Chine contre Washington. Biden a donc autorisé NordStream au début de l’été. 

Et maintenant ?

À lire aussi

Il faut maintenant que le gazoduc satisfasse aux réglementations allemandes et européennes. Et là, il y a du travail. Il faut par exemple que Gazprom, le propriétaire du tuyau, le revende s’il veut l’utiliser, car en Europe, une même société ne peut pas en même temps posséder un gazoduc et vendre le gaz qui y transite. Pour comble de malchance, les élections allemandes sont intervenues dimanche dernier. Il n’y aura pas de nouveau gouvernement avant Noël, donc pas d’autorisation sur un sujet aussi sensible. 

Et si le parti des Verts, anti-gazoduc, fait partie de la coalition, les problèmes ne sont pas près d’être réglés. Du coup, les Russes s’énervent et ils ont la capacité de peser sur le marché, car ils ont réduit leurs livraisons de 25 milliards de m3. Et les restrictions russes sont intervenues justement alors que la demande repartait fortement. Un effet de ciseau qui a fait grimper les prix de marché. Tout ça donne raison à Trump contre Merkel : avant même que le gazoduc ne soit mis en service, l’Europe, et l’Allemagne en particulier, sent la main de fer de Poutine sur sa nuque. Il va falloir désormais parler russe à votre compteur de gaz. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/