1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. ÉDITO - Inflation : "Ça n’est pas à l’État d’indemniser quiconque", fustige Lenglet
2 min de lecture

ÉDITO - Inflation : "Ça n’est pas à l’État d’indemniser quiconque", fustige Lenglet

Jean Castex a annoncé la mise en place d'un dispositif pour tenter d'aider les Français face à la hausse des prix. "Ce sont les étrennes du Premier ministre", estime François Lenglet.

Jean Castex sur le plateau de TF1 ce jeudi soir
Jean Castex sur le plateau de TF1 ce jeudi soir
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Hausse des prix : une nouvelle aide pour les français
03:26
Hausse des prix : une nouvelle aide pour les français
03:26
François Lenglet - édité par Charlotte Diry

Jean Castex l'a annoncé jeudi 21 octobre au JT de TF1 certains Français pourront recevoir une aide financière pour faire face à la hausse des prix. Il s’agit d’un chèque de 100 euros, qui sera versé aux 36 millions de Français gagnant moins de 2.000 euros nets par mois, soit 38 millions de personnes. Dans un même foyer, plusieurs personnes pourront le toucher, retraité comme salarié, fonctionnaire comme indépendant. 

Pour les salariés du privé, ce chèque sera versé entre Noël et Nouvel an. Pour les fonctionnaires, en janvier. En ce qui concerne les retraités, ce sera en février. Dans les familles de naguère, les enfants recevaient des étrennes de la part de leurs grands-parents, au 1er janvier. Et bien désormais, ce sont les étrennes du Premier ministre

C’est toute l’ingéniosité de la solution retenue. Le Premier ministre l’a appelée "indemnité inflation", en la justifiant par la hausse des prix du carburant bien sûr, mais aussi de l’alimentation, des matières premières. 

En élargissant ainsi la finalité du chèque, le gouvernement tente d’éviter le reproche de subventionner la consommation d’essence, alors qu’il avait défendu la taxe carbone il y a trois ans. Cela lui permet alors de se contredire sous les dehors de la cohérence. De plus, contrairement à une baisse de taxes sur les carburants qui ne pouvait être que pérenne, c’est une aide ponctuelle. Ce qui permet de limiter son coût à près de 4 milliards d’euros.

Un nouveau pas dans l'étatisation à outrance

À écouter aussi

Ce nouveau dispositif est plutôt malin et utile politiquement à la veille d’une élection importante. Les mauvais esprits diraient qu’on achète le vote des Français avec l’argent public. Mais sur le fond, c’est un nouveau pas dans l’étatisation à outrance que connaît la France, en particulier depuis qu’Emmanuel Macron est président. 
 
Ça n’est pas à l’état d’indemniser quiconque face à la hausse des prix. C’est le rôle des employeurs d’ajuster les salaires à l’inflation, lors de négociations sociales avec les syndicats. L’état doit se borner à pratiquer une politique économique qui n’est pas inflationniste, et il y a déjà de quoi faire. 

Fait révélateur, le Premier ministre s’est engagé, à ce que le pouvoir d’achat des Français augmente en 2021. Est-ce, là encore, le rôle de l’exécutif de garantir une hausse du pouvoir d’achat, au moyen de nouveaux transferts financiers financés à crédit ? Le pouvoir d’achat, ça devrait être la résultante du travail et de la productivité. Et éventuellement, des baisses d’impôt, si toutefois elles sont financées par des économies dans la dépense.

La litanie des aides jusqu'aux plus saugrenues est interminable

François Lenglet

Indemnité inflation, chèque énergie, bonus véhicule propre, chèque réparation vélo, pass culture, la litanie des aides jusqu’aux plus saugrenues est interminable, qui s’ajoutent aux montants déjà faramineux de la redistribution. 

Nous entretenons avec l’état une relation pathologique, en lui reprochant ses impôts tout en lui demandant sans cesse de nouvelles aides. À quand un chèque mauvais temps, pour compenser le désagrément de la pluie d’automne, ou l’indemnité rhume, pour nous acheter des mouchoirs en papier ?

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/