1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Le Pen revient à ses fondamentaux pour contrer Zemmour
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : Le Pen revient à ses fondamentaux pour contrer Zemmour

DÉCRYPTAGE - La candidate a détaillé, ce mardi 28 septembre, les contours du référendum qu'elle souhaite proposer aux Français sur l'immigration. Une façon de répondre à la concurrence d'Éric Zemmour mais aussi de la droite.

Marine Le Pen, le 28 septembre 2021
Marine Le Pen, le 28 septembre 2021
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Marie-Pierre Haddad

Un retour aux sources ? Marine Le Pen a présenté le coeur de son programme en proposant aux Français un référendum sur l'immigration, si elle est élue à la présidence de la République . "Les Français, parce qu'ils ont la nationalité française, peuvent avoir plus de droits et je l'inscrirais dans la Constitution, que les étrangers qui sont présents dans notre pays", a-t-elle expliqué lors du Journal Télévisé de France 2 le 27 septembre.

À première vue, la candidate RN joue à domicile lorsqu'elle évoque le sujet de l'immigration. Mais pour cette troisième campagne présidentielle, Marine Le Pen avait initialement décidé de muscler son programme économique. C'est notamment ce qui lui avait fait défaut lors du débat de l'entre-deux-tours face à Emmanuel Macron en 2017. En février dernier, elle alertait sur la dette liée au coronavirus dans un entretien à L'Opinion.

La potentielle candidature d'Éric Zemmour est venue perturber les plans de Marine Le Pen. Elle amorce ainsi un retour à sa base pour tenter de ne pas laisser son sujet de prédilection aux mains du polémiste.

Les Français consultés sur la "maîtrise de l'immigration"

Lors d'une conférence de presse ce mardi 28 septembre, la candidate explique son choix de faire de l'immigration l'un des principaux axes de sa campagne. "L'immigration s'invite dans le débat présidentiel qui s'ouvre, a-t-elle déclaré. Tous les candidats, de Barnier à Bertrand et de Pécresse à Macron se contorsionnent pour tenter de se faire entendre sur ce sujet qui s'impose de lui-même". 

À lire aussi

Marine Le Pen souhaite ainsi inscrire dans la Constitution par un référendum, la "maîtrise" de l'immigration, la "priorité nationale" et la supériorité du droit français sur le droit international pour refondre "l'ensemble du droit applicable aux étrangers". La question posée aux Français sera la suivante : "Approuvez-vous le projet de loi C2i, projet de loi Citoyenneté-identité-immigration" de "maîtrise de l'immigration" ?

L'ancienne présidente du Rassemblement national met ainsi en avant trois objectifs : "La maîtrise des flux migratoires, la protection de la nationalité et de la citoyenneté française, et la suprématie de la Constitution et du droit français" sur le droit international, comme les traités. Autre annonce : certaines prestations, comme les allocations familiales, "seront réservées aux Français". Elle souhaite aussi l'interdiction des régularisations des illégaux ainsi que "l'expulsion des étrangers délinquants" et des "sanctions pénales pour toute complicité à l'immigration illégale".

Ne pas laisser du terrain à Zemmour

C'est un savant mélange des genres dans lequel s'est lancée Marine Le Pen. La candidate veut briser le plafond de verre qui la fait stationner dans les urnes, sans délaisser sa base militante attachée aux fondamentaux du parti. À cela vient s'ajouter la difficulté Zemmour. Le polémiste a fait de l'immigration sa colonne vertébrale programmatique de laquelle découlent toutes ses prises de positions.

De temps en temps, on est obligé de remettre les pendules à l'heure

Un proche de Marine Le Pen

"C'est évident qu'il va nous prendre des voix", reconnaît-on au Rassemblement national. Tout en assurant que la faiblesse du polémiste réside dans le fait qu'il est "mono-thématique". "Il ne peut séduire qu'un mono-électorat et ne convaincre que des gens qui sont déjà convaincus".

Au sein de l'équipe de campagne Marine Le Pen, on met en avant le fait que la proposition d'un référendum sur l'immigration date de 2014. "La lutte contre l'immigration fait parti du RN. Il ne s'agit pas d'un discours de campagne électorale, mais le marqueur d'une politique et d'une vision. Marine Le Pen s'inscrit dans cette cohérence", explique un élu frontiste. À en croire un stratège, "de temps en temps, on est obligé de remettre les pendules à l'heure", lâche un proche de la députée du Pas-de-Calais.. 

La candidate avait pourtant décidé de s'affranchir des thématiques habituelles pour le RN. Elle avait lancé sa campagne à l'occasion d'un déplacement dans l'Isère dans une scierie. Elle a aussi visité le salon du Transport et de la logistique. Des sujets économiques éloignés des dernières prises de parole de Marine Le Pen.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/