1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Congrès LR : le rassemblement derrière Bertrand, ce n'est pas pour maintenant
1 min de lecture

Congrès LR : le rassemblement derrière Bertrand, ce n'est pas pour maintenant

Le candidat à l'élection présidentielle 2022 appelle les autres candidats à se ranger derrière lui, durant un congrès "de rassemblement". Mais ses adversaires comptent bien livrer bataille.

Xavier Bertrand, le 14 septembre 2021
Xavier Bertrand, le 14 septembre 2021
Crédit : Ludovic MARIN / AFP / POOL
Présidentielle : Bertrand ne veut pas de congrès à plusieurs candidats
03:00
Un air de campagne du 01 octobre 2021
03:00
- édité par Victor Goury-Laffont

Xavier Bertrand propose à ses rivaux de droite de se rencontrer très vite pour préparer un "congrès de rassemblement", pas "un congrès d'affrontement". Le président des Hauts-de-France n'est pas fan du congrès tel qu'il se profile, à savoir une vraie compétition entre plusieurs candidats devant les adhérents LR. Pour lui, ça ressemble un peu trop à une primaire, certes fermée, mais une primaire quand même.

"On en a souffert des primaires, assure-t-il sur France 2 le 30 septembre, la primaire de 2016 a été une primaire de division. Ce que je lance ce soir c'est un appel au rassemblement de ma famille politique, des candidats à la primaire, pour que nous puissions l'emporter".

À l'origine, Xavier Bertrand ne paraissait pas hostile au congrès, mais cela pourrait avoir été un coup de poker menteur. Ce qu'il souhaite, c'est un congrès d'intronisation avec tous les autres rassemblés derrière lui.

Valérie Pécresse et Michel Barnier pas prêts à renoncer

Ses rivaux ne veulent pas se laisser faire. "Ce n'est pas un self-service, peste un proche de Valérie Pécresse. Elle, elle accepte les règles du jeu depuis le début". L'idée d'introniser Xavier Bertrand sans livrer bataille est d'autant plus inacceptable pour le camp Pécresse qu'un sondage Opinionway la donne aujourd'hui à 15%, quand Xavier Bertrand est à 15 ou 16%.

À écouter aussi

Dans le camp de Michel Barnier, les commentaires ne sont pas plus sympathiques envers Xavier Bertrand. "C'est un aveu de faiblesse et une drôle de conception de la démocratie, torpille l'un de ses lieutenants. Quand on n'aime pas l'affrontement et le débat, on ne fait pas de politique" Bref, le rassemblement, ce n'est pas maintenant.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/