1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : comment la fin de vie revient sur le devant de la scène
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : comment la fin de vie revient sur le devant de la scène

Les députés favorables à l'assistance médicalisée à mourir vont remettre ce sujet sur la table avec l'aide de Line Renaud.

Photo de l’Assemblée nationale à Paris, le 9 février 2021. (Illustration)
Photo de l’Assemblée nationale à Paris, le 9 février 2021. (Illustration)
Crédit : CRÉDITLUDOVIC MARIN / AFP
Aurélie Herbemont - édité par Aymeric Parthonnaud

Le sujet qui va s'inviter en cette fin septembre dans la campagne présidentielle, c'est la question de la fin de vie. Les députés favorables à l'assistance médicalisée à mourir vont remettre ce sujet sur le devant de la scène cet après-midi. Line Renaud, très engagée pour faire aboutir le droit à mourir dans la dignité, sera présente à la conférence de presse où il y aura un député de chaque groupe parlementaire, des Insoumis aux Républicains, car il y a des pro-euthanasie à droite, en passant par la République en marche.

Ces parlementaires veulent mettre un coup de pression sur l'exécutif. Au printemps, une proposition de loi n'avait pas pu être votée à cause de l'obstruction parlementaire d'une partie de la droite et beaucoup désespèrent que ça aboutisse avant la fin du quinquennat. Mais comme il y a une élection présidentielle qui arrive, c'est l'occasion d'obliger tous les candidats à se positionner. Un député le dit : "Aucun ne pourra mettre de côté cette grande réforme sociétale attendue par les Français". Dans les sondages, plus de 90% des Français sont favorables à ce que les médecins puissent mettre fin à la vie de patients incurables s'ils le demandent.

Certains candidats sont déjà clairement favorables à une évolution vers l'euthanasie. On les trouve à gauche globalement. Anne Hidalgo en a parlé dès son discours de candidature à Rouen il y a 15 jours. Jean-Luc Mélenchon et les écologistes sont pour aussi.

Emmanuel Macron, lui, ne s'était pas engagé à légiférer sur la fin de vie en 2017. Il avait juste dit, qu'à titre personnel, il voudrait choisir sa fin de vie. "Il souhaite un débat citoyen" explique un conseiller de l'exécutif. Celui-ci précise "que rien n'empêche d'entamer cette conversation avec les Français avant la présidentielle, pour voir si on porte le sujet pendant la campagne". Rien n'est sur les rails à ce stade mais beaucoup poussent en ce sens dans la majorité, y compris des ministres.

Le chantage du jour

À lire aussi

Xavier Bertrand sera invité du journal de 20h de France 2 jeudi 30 septembre. Il devra forcément répondre à "la" question : à quelles conditions accepte-t-il de participer au congrès de désignation du candidat à la présidentielle ? Chez Les Républicains, on estime qu'il n'aura pas le choix, tout comme Valérie Pécresse : "Ils ont un sujet de financement de leur campagne. Chez LR, on peut mettre entre 7 et 10 millions d'euros sur la table", confie un dirigeant. "C'est pour ça qu'ils ont besoin de nous".

Le pari du jour

C'est un ministre qui a sorti sa boule de cristal à propos du futur vainqueur de la primaire écologiste. Le candidat sera connu vers 17h30. Et ce membre du gouvernement prédit une victoire de l'écoféministe Sandrine Rousseau : "Elle va faire 60-40 face à Yannick Jadot" parie ce ministre... qui n'en sait évidemment rien. Comme les écologistes d'ailleurs. Un dirigeant vert l'avoue "c'est très ouvert".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/