1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : le pouvoir d'achat et le Frexit ont dominé les débats
2 min de lecture

Présidentielle 2017 : le pouvoir d'achat et le Frexit ont dominé les débats

ÉDITO - Christian Menanteau se penche sur les grandes lignes autour de deux sujets majeurs de la campagne présidentielle.

Présidentielle 2017 : le pouvoir d'achat et le Frexit ont dominé les débats
03:55
Loïc Farge
Loïc Farge

On a globalement assisté jusqu'à présent à une campagne de premiers ministres plutôt qu'à une joute présidentielle. Mais on peut néanmoins dégager deux grandes dominantes dans tous ces catalogues. La première est très traditionnelle : elle tourne autour du pouvoir d'achat ; la seconde, beaucoup plus inattendue, tourne autour de notre appartenance ou pas à l'Union européenne et à l'euro.

L'Insee nous assure que le pouvoir d'achat n'a pas baissé en France depuis dix ans. C'est manifestement vrai dans les chiffres, mais bien sûr cela ne convainc pas les Français. Le traumatisme de la charge fiscale, même si elle a été compensée pour les faibles revenus, reste dans tous les esprits. Comme d'ailleurs les augmentations de loyer, des assurances, des tarifs publics ou ceux de santé.

C'est ce ressenti qui a permis au projet de "revenu universel" de Benoît Hamon de donner le ton de cette campagne dès le départ. Initialement, il était d'un coût de 400 milliards d'euros. Il est aujourd'hui réduit à 35 milliards à la veille du premier tour. Il a donc perdu beaucoup de son impact.

Mélenchon et Le Pen proposent des remèdes proches

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen proposent pour leur part des remèdes qui sont très proches. Pour la France Insoumise, on va augmenter le Smic de 16%, les allocations d'autonomie pour les 18-25 ans vont grimper, comme la hausse du point d'indice des fonctionnaires qui est d'ores et déjà prévue, ainsi que des minima sociaux à 1.000 euros. Pour le Front national, il y aurait une prime de pouvoir d'achat de 80 euros, une défiscalisation des heures supplémentaires, une hausse du point d'indice des fonctionnaires et 20 milliards de baisse des impôts.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Pour Emmanuel Macron, il devrait y avoir un doublement de la prime d'activité au niveau du Smic (environ 80 euros), une exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires. On supprimerait également nombre de cotisations sociales salariales. Enfin François Fillon nous promet 350 euros de gain de pouvoir d'achat pour tous, financé par une hausse de deux points de la TVA et une allocation sociale unique. Il y a en pour tout le monde à des degrés très divers.

Côté Europe, on avait l'habitude des critiques durant toutes les campagnes sur son fonctionnement et ses aberrations. Cette fois, on change de dimension. Parmi les éligibles, ils ne sont désormais plus que deux à plaider pour une Europe active et un euro qui assurerait notre futur monétaire. En revanche - et c'est vraiment une grande première -, deux finalistes potentiels (Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon) sont pour une sortie de l'Europe et pour la mort de la monnaie commune. C'est le dossier qui, dans les faits, pourrait bouleverser profondément notre quotidien.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/