3 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : la déroute des programmes

LETTRE DE CAMPAGNE - L'élection présidentielle ne se jouera pas sur les programmes des candidats, mais sur leurs bonnes - ou mauvaises - mines.

Le palais de l'Élysée
Le palais de l'Élysée Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Il faut se faire une raison. La présidentielle ne se jouera pas sur les programmes, mais sur la bonne - ou mauvaise - mine des candidats. Point n’est besoin de la litanie des propositions pour savoir où l’on met les pieds. En votant Le Pen, on choisit la nation contre la mondialisation, en votant Fillon on opte pour la relance de l’économie grâce aux investissements du capital, en votant Mélenchon ou Hamon, on s’engage pour une gauche plus ou moins radicale quant à l’éradication du pouvoir financier et en votant Macron, on se prépare une émulsion composée du meilleur de chez Hollande et de chez Sarkozy. Résumé lapidaire, sans nul doute. Mais reflet d’une réalité

Plus personne ne se souvient des arguments échangés au cours du débat organisé par TF1. En revanche l’affrontement Angot-Fillon sur France 2 alimente encore les conversations. Foin des chiffres et des propositions souvent techniques pour remettre l’économie sur pied. Il sera toujours temps de voir à l’usage et de contester le moment venu. D’ailleurs, l’expérience prouve que les promesses électorales sont rarement tenues.

Les amateurs d'émotions fortes n'ont pas fini de jubiler

Le Canard enchaîné a décidé que les affaires rythmeraient la campagne. Il a triomphé sans difficulté. Le palmipède a semé ses graines maléfiques sur un terrain fertile. Gavé par les insultes proférées sans relâche sur les réseaux sociaux, drogué par le défouloir organisé des comiques - talentueux - qui tournent la vie publique en dérision, l’électorat n’attendait plus que l’information susceptible de légitimer sa colère. Va donc pour les affaires, les insinuations et les rumeurs. Les amateurs d’émotions fortes n’ont pas fini de jubiler. 

Résumons. François Fillon s’est comporté à l’inverse des habitudes du Général De Gaulle dont il prétendait pourtant perpétuer la vertu. C’est incontestable. Il l’a reconnu et il s’en est publiquement excusé à deux reprises. Mais nous ne saurons pas avant le choix présidentiel si ses agissements relèvent de l’indélicatesse rémunératrice ou de délits passibles d’une peine pénale. Paradoxe de la situation, des journalistes du Canard enchaîné publient un livre qui fournit au candidat de la droite l’occasion de dénoncer des abus de pouvoir, réels ou supposés, de François Hollande. Le président de la République s’indigne, nie les faits, mais, pas plus que dans le cas précédent, il n’est en mesure de prouver l’inanité des assertions. 

Drame cornélien en perspective !

À lire aussi
Emmanuel Macron à Rodez présidentielle 2017
Immigration : en 2017, le candidat Macron était contre une politique de quotas

Affaire contre affaire, parole contre parole, les supporters sont appelés à se mobiliser pour participer à une folle sarabande destructrice. La semaine qui vient promet beaucoup. Penelope Fillon va probablement être mise en examen sans espoir de bénéficier dans les prochains mois de l’immunité entrevue par son mari en cas d’élection. Drame cornélien en perspective ! Benoît Hamon se propose d’attaquer ferme sur la nécessaire transparence en soulignant qu’il ne salarie pas les membres de sa famille et que, contrairement à Emmanuel Macron, il n’est pas prisonnier de généreux donateurs issus du monde de la finance ou de grands groupes industriels. 

En réponse, on peut faire confiance aux réseaux sociaux pour amplifier leurs insinuations sur les contradictions du couple Hamon, le combattant anti-finance ayant pour compagne une salariée d’un groupe de produits de luxe. Le grand huit ne sera donc pas démonté. En cas de besoin, je précise : cette lettre concerne bien une campagne présidentielle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Olivier Mazerolle Droite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants