1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Baroin "n'a pas botté en touche" dans sa défense de François Fillon
3 min de lecture

François Baroin "n'a pas botté en touche" dans sa défense de François Fillon

Invité du "Grand Jury" ce dimanche 26 mars, le responsable du "rassemblement politique" de l'équipe de campagne de François Fillon a tenu le cap de la défense de son candidat, selon Olivier Mazerolle.

François Baroin, invité du "Grand Jury" le 26 mars 2017
François Baroin, invité du "Grand Jury" le 26 mars 2017
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
François Baroin "n'a pas botté en touche" dans sa défense de François Fillon
08:22
François Baroin "n'a pas botté en touche" dans sa défense de François Fillon
34:47
Philippe Robuchon

François Baroin croit-il encore en une victoire de son candidat, François Fillon ? En tout cas, chez Les Républicains, "il y en a beaucoup à droite qui n'y croient plus", estime Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1-LCI. Selon lui, certains "sont déjà même en train de préparer l'après-défaite du 23 avril". "Le communiqué est déjà quasiment rédigé, avec une partie qui appellera à voter Macron, l'autre qui fera du 'ni-ni'", dévoile-t-il. 

Concernant le cas précis de François Baroin, invité du Grand Jury ce dimanche 26 mars, "Baroin y croyait encore, affirme Christophe Jakubyszyn. J'ai presque eu l'impression qu'il avait fait une OPA sur le cerveau de François Fillon, qu'il avait pris le contrôle de la machine et que du coup il se voyait très bien président bis du quinquennat", poursuit le journaliste.

"François Baroin est un avocat, donc quand il est dans une plaidoirie, il est à fond dans ce qu'il dit et il est convaincu - même s'il peut avoir des doutes - que son client est innocent", illustre pour sa part Guillaume Roquette du Figaro. "En tout cas, s'il n'est pas convaincu, il est convainquant sur le fait qu'il veuille nous montrer qu'il est convaincu, analyse Olivier Mazerolle dans un trait d'humour. Il n'a pas botté en touche (...), il a défendu non seulement l'homme mais le programme, et il l'a fait avec talent", poursuit le journaliste.

Fillon a fini par reconnaître une erreur dans l'affaire des costumes

Jeudi 22 mars, dans L'Émission Politique sur France 2, le candidat de la droite a admis avoir fait une erreur en acceptant les costumes offerts par son ami Robert Bourgi. Il les a même renvoyés au généreux donateur. Ce tournant s'explique par le fait qu'autour de lui, il n'y avait personne pour le défendre y compris parmi ses plus proches, comme sa conseillère en communication Anne Méaux, mais aussi l'ancien PDG d'Axa, Henri de Castries. Tous ont été surpris par ce qu'ils considèrent comme une "imprudence" en pleine campagne présidentielle... François Fillon a donc fini par les écouter.

Le candidat de la droite n'est pas fan des déplacements sur le terrain

À lire aussi

François Fillon continue de démontrer ses qualités d'orateur en multipliant les meetings. En revanche, il limite les visites qui précèdent ses réunions publiques. À Courbevoie mardi 21 mars, Roger Karoutchi, le sénateur des Hauts-de-Seine lui a proposé des visites d'entreprise ou d'établissements publics, mais s'est heurté à un refus catégorique du candidat. "Je ne veux qu'un meeting", lui a-t-il répondu. "Il veut éviter les meutes de journalistes qui empêchent de rencontrer les gens", assure un élu Les Républicains. Son de cloche différent d'un membre de son équipe de campagne : "Fillon, s'inquiète-t-il, n'aime pas faire campagne".

Pendant ce temps, Hollande fait la promotion de son quinquennat

Mercredi 22 mars, en conseil des ministres, les membres du gouvernement ont trouvé sur leur sous-main un document couleur de 75 pages. Son titre : "Un quinquennat pour la France et pour les Français", un bilan très détaillé - et forcément flatteur - des 5 ans de François Hollande à l'Élysée. Bien conscient que ni Benoît Hamon ni Emmanuel Macron ne le défendront, François Hollande a déploré de ne pas trouver de porte-parole de son bilan dans la campagne, un bilan qui, de ses propres mots, "aurait mérité d'être défendu".

Les autres chroniques du "Mag Pol"

Moi Candidat
La Campagne en famille
La Campagne numérique

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/