1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 1981 : Mitterrand prend sa revanche sur Giscard d'Estaing
1 min de lecture

Présidentielle 1981 : Mitterrand prend sa revanche sur Giscard d'Estaing

LES PRÉSIDENTIELLES - Le candidat socialiste, fier de la rose, l'emblème du parti, est le premier président de gauche de la Ve République.

François Mitterrand avec une rose au Panthéon, le 21 mai 1981
François Mitterrand avec une rose au Panthéon, le 21 mai 1981
Crédit : SIPA
ARCHIVES RTL - "Présidentielle 1981 : Mitterrand prend sa revanche sur Giscard d'Estaing" (06/05/2017)
04:21
Alain Duhamel & Ludovic Galtier

1981 ou l'année où la gauche arrive pour la première fois au pouvoir sous la Ve République. François Mitterrand est élu face au président sortant, Valéry Giscard d'Estaing. Une élection au cours de laquelle Jacques Chirac a été le meilleur allié de François Mitterrand, bien meilleur que le Parti communiste. Candidat lui aussi, Jacques Chirac a mené sa campagne obsessionnellement contre VGE. Ce qui a beaucoup aidé le leader du Parti socialiste.

Entre les deux tours, Jacques Chirac a finalement appelé du bout des lèvres à voter pour le président sortant. Mais en coulisses, les militants gaullistes du candidat du Rassemblement pour la République recevaient comme instruction de voter François Mitterrand, parce qu'il avait en tête l'idée que la gauche ne reste jamais longtemps aux affaires - à l'image de ce qui est arrivé à Léon Blum et Édouard Herriot dans des régimes parlementaires - et qu'à la prochaine élection, la droite l'emporterait cette fois avec leur poulain. En 1981, les électeurs avaient l'impression de se trouver devant un choix de société entre une France gaulliste ou une France socialiste voire néo-communiste avec une panoplie de nationalisations. Les Français se sont déterminés en fonction de cela.

Quel rôle à jouer le débat de l'entre-deux-tours entre François Mitterrand et Valéry Giscard d'Estaing ? Sept ans plus tôt, VGE l'avait emporté nettement sur le socialiste. En 1981, ils font match nul : François Mitterrand était cette fois à la hauteur du président sortant, et apparaît comme quelqu'un ayant la carrure présidentielle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/