2 min de lecture Les Républicains

Présidence des Républicains : Julien Aubert, cinquième candidat déclaré

Le député du Vaucluse estime "qu'il faut absolument rompre avec 20 ou 30 ans de laisser-aller dans ce mouvement".

Julien Aubert, le 29 juin 2017, à l'Assemblée nationale.
Julien Aubert, le 29 juin 2017, à l'Assemblée nationale. Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Émilie Jéhanno
Émilie Jéhanno
et AFP

Et de cinq ! Ils sont maintenant cinq aspirants président à briguer la tête des Républicains, le parti en quête de refondation après la défaite de François Fillon à la présidentielle. Julien Aubert a annoncé sa candidature ce dimanche 3 septembre sur CNews. "Je serai candidat à la présidence de mon mouvement […]. Je pense qu'il faut absolument rompre avec 20 ou 30 ans de laisser-aller dans ce mouvement, qui est un astre mort", a expliqué le député du Vaucluse.

Julien Aubert, 39 ans, présente sa candidature comme étant la seule alternative aux "querelles de clocher entre les juppéistes, les sarkozystes, les copéistes, les fillonistes" qu'il décrit comme étant en "embuscade avec un candidat plus ou moins avancé". Il prône "un véritable débat d'idées parce qu'il y a des choses qui se fracturent dans le parti".

Le même jour, Laurent Wauquiez, le favori de cette élection prévue en décembre, est également entré dans le jeu, en inaugurant sa campagne avec l'ascension du mont Mézenc. Il rejoint dans la course Daniel Fasquelle, Florence Portelli, Laurence Sailliet, qui représentent chacun des lignes bien distinctes du parti

Pas de "deal" avec Laurent Wauquiez

À lire aussi
L'invité de RTL islamisme
Radicalisation dans les services publics : des "zones d'ombres" persistent

Julien Aubert a affirmé qu'il avait déjà le soutien d'"une dizaine de parlementaires". Il commencera le 4 septembre sa campagne auprès des militants. Des éléments primordiaux, car tout candidat doit être parrainé par au moins 13 parlementaires et 2.500 militants. Sur la chaîne d'informations en continu, il a précisé qu'il n'avait conclu aucun "deal" pour se rallier par la suite à Laurent Wauquiez.


"J'ai été un séguino-pasquaïen, je suis un eurosceptique", a-t-il indiqué, alors que "il y a eu plusieurs Laurent Wauquiez", un temps "centriste", puis "peut-être plus au centre du parti" et "aujourd'hui [..] plutôt sur la droite du parti".

Comme acte de profession de foi, il a publié le 2 septembre, dans Valeurs Actuelles, un long "manifeste pour une droite gaulliste". Il estime que la "première responsabilité est d'être une droite morale, c'est à dire qui incarne dans son comportement les valeurs judéo-chrétiennes laïcisées dont nous prétendons nous inspirer".

"La seconde responsabilité de la droite est d'être elle-même et de se libérer de l'idéologie gauchisante, politiquement correcte, qui cadenasse le langage et les esprits", a-t-il dit, en expliquant que "la droite, loyale envers sa tradition et ses convictions, doit résister et rester insoumise".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789949655
Présidence des Républicains : Julien Aubert, cinquième candidat déclaré
Présidence des Républicains : Julien Aubert, cinquième candidat déclaré
Le député du Vaucluse estime "qu'il faut absolument rompre avec 20 ou 30 ans de laisser-aller dans ce mouvement".
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidence-des-republicains-julien-aubert-cinquieme-candidat-declare-7789949655
2017-09-03 23:42:32
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vfI9O6gbg_UMxYDAYcpYrw/330v220-2/online/image/2017/0903/7789949702_julien-aubert-le-29-juin-2017-a-l-assemblee-nationale.jpg