2 min de lecture 14 juillet

Pourquoi Macron a changé d'avis et finalement décidé de s'exprimer le 14 juillet

ÉCLAIRAGE - Dès son arrivée à la tête de l'État, Emmanuel Macron avait marqué la rupture en ne se soumettant pas au traditionnel exercice de l'allocution du 14 juillet.

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français le 14 juin 2020
Emmanuel Macron s'est adressé aux Français le 14 juin 2020 Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Les premiers ajustements. Jean Castex l'avait assuré à plusieurs reprises : il avait prévu dans un premier temps de faire sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée, dès le milieu de la semaine prochaine. 

Mais ça c'était avant... L'entourage du président de la République a indiqué que, finalement, la prise de parole du nouveau premier ministre devra attendre. Le chef de l'État souhaite en effet s'exprimer avant son premier ministre. Emmanuel Macron fera ainsi une allocution à l'occasion de la fête nationale du 14 juillet

Ses proches évoquent une nouvelle prise de parole "probablement dans le cadre d'un entretien à la télévision". Une phrase qui n'est pas anodine et qui s'inscrit dans la tradition présidentielle. Objectif pour le chef de l'État : dévoiler les grandes lignes des deux prochaines années qui déboucheront sur l'élection présidentielle de 2022. Une nouvelle intervention pour fixer un nouveau chemin avec un "gouvernement de mission et de rassemblement". 

Dessiner les "contours" du nouveau chemin

Sur Twitter, le président de la République a déjà commencé à esquisser ce qui sera au coeur de son allocution du 14 juillet. "Ensemble, nous traçons les contours de ce nouveau chemin qui sera centré sur la reconstruction économique, sociale, environnementale et culturelle de notre pays", a écrit Emmanuel Macron. 

À lire aussi
Alertée, la BAC a identifié le groupe de mineurs et placé deux individus en garde à vue. (illustration) violence
Hauts-de-Seine : plusieurs jeunes mis en examen après des violences du 14 juillet

Et d'ajouter : "Relance de l’économie, poursuite de la refondation de notre protection sociale et de l’environnement, rétablissement d’un ordre républicain juste, défense de la souveraineté européenne : voilà nos priorités pour les mois à venir".

"Une pensée complexe"

L'allocution du 14 juillet sera une première pour le président de la République, élu en 2017. Et pour cause, Emmanuel Macron avait décidé de se détacher de cette pratique, vieille de quarante ans. En juin 2017, l'Élysée avait fait savoir que "le président de la République n'accordera pas d'interview télévisée le 14 juillet, comme avaient coutume de le faire ses prédécesseurs", écrivait Le Monde.

Face aux critiques, la présidence avait bien fait savoir que ce refus n'était en aucun cas "un obstacle à la presse", mais que "la pensée complexe" du président ne se prêtait pas au jeu des questions-réponses. Une phrase qui aura été reprise et parodiée sous la forme d'une critique pour le reste du quinquennat du président. À la place, le chef de l'État avait réuni les parlementaires en congrès à Versailles, le 3 juillet. Mais il semblerait que depuis Emmanuel Macron ait changé d'avis, provoquant un premier ajustement avec son nouveau premier ministre.

La tradition de l'interview du 14 juillet remonte à 1978, avec Valéry Giscard d'Estaing qui sera le premier à se soumettre à l'exercice. Par la suite, ses successeurs le suivront, jusqu'à Emmanuel Macron qui après trois ans sans allocution, a décidé de renouer avec la tradition.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
14 juillet Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants