2 min de lecture Surveillance

Pourquoi le ministère de l'Intérieur vient-il de commander des centaines de drones ?

Le ministère de l'Intérieur a publié il y a quelques jours un appel d'offres portant sur l'achat de plusieurs centaines de drones. La Place Beauvau assure qu'il n'y a aucun lien avec la crise du coronavirus.

Un drone de surveillance de la police nationale pendant le confinement
Un drone de surveillance de la police nationale pendant le confinement Crédit : AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Il a suffi de quelques lignes pour mettre le feu aux poudres. Une commande de plusieurs centaines de drones passée discrètement par le ministère de l'Intérieur le 12 avril dernier, au plus fort de la crise du coronavirus. Repéré par un journaliste de FranceInfo dans le bulletin officiel des annonces de marchés publics, cet appel d'offre a immédiatement fait craindre le franchissement d'une nouvelle étape dans la surveillance de la population alors que des drones sont déjà déployés dans une quinzaine de localités françaises pour faire respecter les mesures de confinement dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire. 

Le document en question porte sur l'achat de 651 drones de surveillance et le matériel associé pour un montant total de 3,8 millions d'euros. Le premier lot concerne 565 "micro-drones du quotidien", des appareils légers et discrets, capables de voler à 100 mètres de hauteur, de filmer à 100 mètres de distance grâce à une caméra thermique associée à un  zoom 6X et d'envoyer des images à 3 kilomètres au moins.

Le deuxième est composé de 66 drones "de capacité nationale", des engins plus lourds, en mesure de filmer à 500 mètres de jour et de reconnaître des gestes pour des missions d'observation et de surveillance lors d'événements publics avec une portée de transmission de 5 kilomètres minimum. Un troisième lot concerne une vingtaine de "nano-drones spécialisés" de moins de 50 grammes capables de transmettre des images à 2 kilomètres minimum.

Le ministère de l'Intérieur a assuré à BFM Tech que cet appel d'offre "est sans lien avec la situation sanitaire actuelle" et qu'il répond simplement "aux besoins de la sécurité intérieure". La Place Beauvau précise par ailleurs que "l'expression de besoins et les spécifications techniques" encadrant la commande ont "été consolidées au cours du second semestre 2019", bien avant l'apparition du coronavirus dans l'Hexagone. 

À lire aussi
Une cabine désinfectante contre le coronavirus installée à l'aéroport international d'Hong Kong. coronavirus
Les infos de 18h - Coronavirus à Hong-Kong : surveillance resserrée des résidents

Cela n'empêche pas certains militants de s'interroger sur le timing de cette commande. "Alors que l'hôpital est toujours en pénurie de masques et de blouses faute d'anticipation et qu'on fait plus de contraventions que de tests, la mécanique d'une société de surveillance se met en place. Voila qu'on nous sort des bizarreries telles que des commandes de "micro-drones du quotidien" pour surveiller la population", peut-on lire dans une publication d'un groupe de "gilets-jaunes" partagée à plusieurs milliers de reprise.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Surveillance Connecté Drones
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants