1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pompili à la Transition écologique : "On a des raisons d'être inquiet", dit le DG de Greenpeace
2 min de lecture

Pompili à la Transition écologique : "On a des raisons d'être inquiet", dit le DG de Greenpeace

INVITÉ RTL - Après la nomination de Barbara Pompili au ministère de la Transition écologique, Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France, se questionne sur "l'influence qu'elle aura au sein de ce gouvernement" et estime qu'elle "doit faire ses preuves".

Le directeur général de Greenpeace France Jean-François Juilliard, en 2018
Le directeur général de Greenpeace France Jean-François Juilliard, en 2018
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Pompili à la Transition écologique : "On a des raisons d'être inquiet" dit le DG de Greenpeace
05:07
Pompili à la Transition écologique : "On a des raisons d'être inquiet" dit le DG de Greenpeace
05:07
Vincent Parizot - édité par Quentin Marchal

Ce mercredi 7 juillet, Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France, a réagi au remaniement ministériel et s'est exprimé sur la nomination de Barbara Pompili au ministère de la Transition écologique. "On a des raisons d'être inquiet", affirme-t-il. Mais il ne remet pas en cause le profil de la ministre, qui est "depuis longtemps engagée sur les questions de l'écologie", ni "ses convictions personnelles".

Jean-François Julliard affirme que "toute la question est de savoir l'influence qu'elle aura au sein de ce gouvernement" et souligne qu'elle n'est "pas la première ministre de la Transition écologique à avoir de véritables convictions écolo". Il appelle à ce qu'elle "ait la possibilité de les mettre en oeuvre" ses mesures mais se montre sceptique car "Nicolas Hulot était numéro 2 aussi (dans l'ordre protocolaire) et cela n'a rien changé".

Selon lui, Barbara Pompili n'aura pas les moyens de ses ambitions pour des raisons budgétaires et politiques. "Les questions écologiques font l'objet d'arbitrages inter-ministériels et souvent c'est Bercy, le ministère de l'Économie, qui l'emporte dans ces arbitrages".

Barbara Pompili "doit faire ses preuves"

En ce qui concerne les futurs chantiers de la ministre, Jean-François Julliard estime qu'elle doit s'attacher à mettre en oeuvre l'ensemble des propositions de la convention citoyenne pour le climat, ce qui serait "un vrai pas en avant". 

À lire aussi

"Elle va avoir prochainement à gérer la relance des discussions à l'Assemblée et au Sénat sur le projet de loi de relance significative pour savoir à qui et dans quelles conditions on accorde des milliards d'euros d'aides publiques" a-t-il également évoqué. En tant que députée, Barbara Pompili avait au départ "poussé pour qu'il y ait une ambition, dans les conditions sociales et écologiques, qui soit imposée aux grandes entreprises" a souligné le directeur général de Greenpeace France.

Barbara Pompili "doit faire ses preuves" selon lui, "non pas dans ses convictions mais dans sa capacité à mettre en oeuvre les mesures". "On attend de voir des actes pour la juger" a-t-il conclu.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/