1 min de lecture Environnement

Une pub de Greenpeace destinée au métro parisien refusée

Greenpeace souhaitait diffuser dans le métro parisien, une pub dénonçant l'inaction du gouvernement face à l'urgence climatique, mais la régie en charge de l'affichage à la RATP et la SNCF s'y est opposée.

Une pub écolo diffusée par Greenpeace
Une pub écolo diffusée par Greenpeace Crédit : Capture Youtube / Greenpeace
William Vuillez
William Vuillez
Journaliste RTL

"Stop au blabla des politiques". Voilà le message fort d'une publicité de Greenpeace, dénonçant l’inaction du gouvernement face au dérèglement climatique. Ce spot d'une minute est visible depuis ce lundi 2 mars dans les métros et tramways de province, à Lyon, Lille, Bordeaux, Montpellier et Toulouse. 

Mais si vous êtes Parisiens, vous ne pourrez pas voir cette publicité dans les couloirs du métro et du RER puisque la régie qui gère l'affichage à la RATP et la SNCF, Mediatransports, s'est opposée à sa diffusion. "Ce message semble un peu trop engagé pour différentes régies publicitaires, comme Mediatransports, qui gère la pub du métro parisien, ou certains cinémas qui ont refusé de diffuser la vidéo ou les supports d’affichage de cette campagne", écrit Greenpeace sur son site. 

Le message en question lancé par l'ONG est simple : "Les responsables politiques continuent de ne rien faire et contribuent, par cette inaction, à aggraver la crise climatique". Cette publicité d'une minute, présente des séquences d’événements climatiques extrêmes, avec en fond sonore, des discours sur le climat de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron. On peut lire sur chacun de ces décors tragiques, les inscriptions "BLA BLA". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Paris Écologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants