1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Parti socialiste : pour Razzi Hammadi, Manuel Valls "veut rassembler son camp"
1 min de lecture

Parti socialiste : pour Razzi Hammadi, Manuel Valls "veut rassembler son camp"

REPLAY - INVITÉ RTL - Le député de Saine-Saint-Denis estime que Manuel Valls sera amené "à se dépasser pour rassembler".

Razzi Hammadi, porte-parole du Parti socialiste, le 8 décembre 2015 à l'Élysée.
Razzi Hammadi, porte-parole du Parti socialiste, le 8 décembre 2015 à l'Élysée.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Parti socialiste : pour Razzi Hammadi, Manuel Valls "veut rassembler son camp"
04:36
Pour Razzi Hammadi, Manuel Valls "veut rassembler son camp"
04:41
Vincent Parizot & Christelle Rebière & La rédaction numérique de RTL

Manuel Valls va annoncer en fin d'après-midi, ce lundi 5 décembre, sa candidature à l'élection présidentielle de 2017. Une décision qui devrait le conduire à démissionner dans les prochaines heures de sa fonction de premier ministre. Dans un contexte de menace terroriste élevée, "on imagine mal que ceux qui ont en première ligne cette charge n'y soient pas engagés à 100%", explique Razzi Hammadi, porte-parole du Parti socialiste (PS).

Le positionnement à droite de l'aile du PS de Manuel Valls  divise au sein même de sa propre famille. Certains peinent en effet à croire qu'il pourra rassembler une gauche plus que jamais divisée. Mais pour le député de Seine-Saint-Denis, le Manuel Valls candidat sera amené "à se dépasser pour rassembler". "Il ne souhaite pas (...) le faire de façon factice ou par positionnement. Je pense qu'il veut rassembler son camp", poursuit Razzi Hammadi. 

Pourtant, le Premier ministre a fait état de "positions irréconciliables à gauche", lors d'une réunion publique le 15 février à Corbeil-Essonne. "Lorsqu'il a parlé de ça, il parlait de gens qui se disaient à gauche, mais qui flirtaient avec une forme d'antisémitisme", tente d'expliquer Razzi Hammadi, pour qui reprendre cette formule pour en faire un élément de langage dans le débat est "malhonnête intellectuellement". "Je ne comprends pas comment on peut passer trois ans, voire plus, dans le même gouvernement pour ensuite venir expliquer à la veille des primaires qu'il y a deux gauches irréconciliables", lance-t-il, faisant allusion à Arnaud Montebourg ou Cécile Duflot.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/