4 min de lecture Parti socialiste

Parti socialiste : le report de l'université d'été peut-il servir la majorité ?

INTERVIEWS - L'université d'été du Parti socialiste ne se déroulera pas à Nantes, fin août, mais dans 5 ou 6 villes françaises en septembre. Jean-Christophe Cambadélis invoque une mesure de sécurité.

Manuel Valls, le 30 août 2015, lors du discours de clôture de l'université d'été du PS à La Rochelle
Manuel Valls, le 30 août 2015, lors du discours de clôture de l'université d'été du PS à La Rochelle
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Pas d'université pour le Parti socialiste à Nantes cette année. La décision est tombée via la confirmation de Jean-Christophe Cambadélis. "Nous sommes dans une situation où, en quelques semaines, les permanences du PS ont été attaquées, on a même tiré dessus à l'arme à feu, on veut interdire nos meetings. C'est une situation gravissime et moi je ne prends pas la responsabilité de 'détruire la ville', puisque c'est ce que proposaient ces jeunes gens. Je ne prends pas la responsabilité qu'il y ait des blessés", a déclaré le premier secrétaire du parti sur LCI, ce lundi 4 juillet.

Et la décision semble actée de son côté : "C'est une décision que je soumettrai au Bureau national et à la coordination de la Belle Alliance populaire. Mais pour moi c'est définitif (…) Nous verrons ce que nous ferons puisqu'il s'agit d'un report (…) Évidemment que la police nationale aurait pu sécurisé la ville, évidemment que le Parti socialiste a le service pour faire face. Mais moi je ne veux pas me confronter à une guérilla d'une ultra gauche antidémocratique qui a décidé de se faire et les forces de police et le Parti socialiste".


Jean-Christophe Cambadélis a annoncé dans la foulée que l'université d'été à Nantes serait remplacée par des "universités régionales décentralisées". "Je propose au Bureau national (du PS, ndlr) et à la coordination de la Belle Alliance populaire d'organiser des universités décentralisées tout au long du mois de septembre. Elles auront lieu dans 5 à 6 villes à travers la France", explique-t-il à l'AFP, tandis qu'au Parti socialiste, contacté par RTL.fr, aucune information n'a été communiquée. Finis donc les grands rassemblements en grande pompe, le Parti socialiste qui table sur un renforcement de la sécurité, mise sur le local et l'ancrage régional. Ce retournement de situation peut-il balancer en sa faveur ?

Un positionnement plus net face à la droite

Selon Yves-Marie Cann, directeur des études politiques Elabe joint par RTL.fr, ce changement dans l'organisation peut être à la fois une aubaine stratégiquement mais aussi un piège. Le fait d'établir plusieurs universités d'été à travers la France offre "une meilleure couverture du territoire" au Parti socialiste qui non seulement couvre l'espace géographique mais aussi les espaces médiatiques et temporels. La date de la tenue de cet événement est stratégique. Elle a d'ailleurs servi de curseur à Martine Aubry et à ses proches qui avaient prévu d'installer sa propre université d'été les 23 et 24 août à Montpellier. Soit quelques jours avant le grand rassemblement initialement prévu à Nantes et la Fête de la Rose à Frangy-en-Bresse. 

À lire aussi
Bernard Cazeneuve, lors de la passation de pouvoir avec Édouard Philippe à Matignon, le 15 mai 2017 Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : après avoir fait naître des espoirs, Cazeneuve enterre toute ambition

En s'en détachant, le Parti socialiste fait bande à part et marque bien son intention d'être seul à gauche. Autre intérêt stratégique : concurrencer la droite. Les candidats pour la primaire de droite qui se tiendra le 20 novembre ont jusqu'au 9 septembre pour déposer leur candidature. Le 21 septembre, la campagne sera officiellement lancée. "Le Parti socialiste pourra exister davantage face aux Républicains à cette période", indique Yves-Marie Cann.

Un message de dispersion qui portera préjudice

Cependant, ce report peut aussi coûter à la majorité en termes d'image. "Il y a une sorte d'ajustements permanents au sein de la majorité et du Parti socialiste qui marque les décisions. Cela peut donner une impression d'amateurisme. Ce n'est pas un message de rassemblement et force mais plutôt de dispersion qui est envoyé aux militants", souligne Olivier Rouquan, politologue contacté par RTL.fr. Analyse partagée par Yves-Marie Cann, qui ajoute : "Qui dit événement délocalisé, dit dilution de la parole socialiste. Chaque événement risque de bénéficier d'une visibilité moindre à cause de leur multiplicité".

Les deux analystes considèrent que la décision initiale d'organiser l'université d'été à Nantes était "une erreur", comme le qualifie le politologue qui n'est pas sûr que ce retournement de situation "passe auprès de l'opinion publique". Ce changement peut être interprété de "façon négative avec un manque d'anticipation des risques. Depuis de nombreuses années, le cas de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes divise. Certains analystes trouvaient même surprenant ce choix en premier lieu. La sagesse aurait été de ne pas délocaliser de La Rochelle", ajoute le directeur des études politiques Elabe.

La parole socialiste va être cannibalisée par les frondeurs ou des personnes critiques à l'égard du parti

Yves-Marie Cann, directeur des études politiques Elabe
Partager la citation

En décalant la tenue de son université d'été, le Parti socialiste s'expose au "risque de donner davantage de poids et de visibilité aux dissidents. La parole socialiste va être cannibalisée par les frondeurs ou des personnes critiques à l'égard du parti", ajoute-t-il. Olivier Rouquan estime, quant à lui, que "la phase électorale nationale impose d'avoir une force dans le message qui soit national. La réforme territoriale et les élections régionales sont passées, désormais le scrutin se joue sur le plan national". 

En déplacement à Ajaccio, Manuel Valls estime de son côté que le report de l'université d'été est une "décision sage" : "J'en ai parlé avec Jean-Christophe Cambadélis et la maire de Nantes, Johanna Rolland, à la suite du référendum dont les résultats ont été particulièrement claires. Il y a bien sûr malheureusement des craintes de violences de groupes liés à l'ultragauche ou à la mouvance anarchiste".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Université d'été PS Jean-Christophe Cambadélis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants