2 min de lecture Santé

Ouverture officielle du don du sang aux homosexuels

Les homosexuels peuvent désormais donner leur sang, mais doivent avoir été abstinents pendant au minimum un an avant le don.

Le don du sang (illustration)
Le don du sang (illustration) Crédit : ANA AREVALO / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
Journaliste

Depuis ce lundi 11 juillet, les homosexuels peuvent enfin donner leur sang. Cela faisait 33 ans qu'ils étaient exclus du système. En novembre 2015, Marisol Touraine avait annoncé vouloir élargir les dons du sang aux hommes gays. C'est aujourd'hui chose faite. Il y a cependant des conditions assez strictes. Concernant "le don de sang total", le plus courant, les donneurs devront avoir été abstinents les 12 mois précédents. Une décision censée garantir "la sécurité du don du sang".

La ministre de la Santé souhaitait par là "rassurer les receveurs". Actuellement entre 10 et 15 donneurs sont diagnostiqués séropositif chaque année. Cela représente 1 don pour 3.500.000. Le dernier cas de contamination d'un receveur date d'il y a 13 ans. Les hommes qui n'auront pas eu de relations homosexuelles, ou un seul partenaire, durant 4 mois, pourront donner leur plasma (une partie liquide du sang servant en chirurgie). Le don sera alors mis en quarantaine pendant deux mois et demi afin de s'assurer qu'il ne présente aucun risque.

Polémique autour du délai d'abstinence

Le délai d'abstinence d'un an a soulevé beaucoup de réactions lorsqu'il a été annoncé. L'association SOS-homophobie avait salué l'ouverture du don aux homosexuels mais regrettait aussi " très fortement le maintien des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle". Le collectif expliquait à cette époque que maintenir un délai différent entre hétéros et homosexuels, ne contribuait pas à mettre "fin à la stigmatisation des hommes gays et bisexuels". La Fédération LGBT lui avait emboîté le pas pour demander un raccourcissement de ce temps à 4 mois.

À court terme, l'objectif ce délai est de permettre aux autorités sanitaires de mener des études sur ces nouveaux donneurs. Si l'absence de risques spécifique est confirmée, alors les règles se rapprocheront de celles appliquées aux autres donneurs explique le ministère. Cette ouverture devrait permettre de récupérer près de 21.000 donneurs supplémentaires, soit environ 37.000.dons.  Une ressource non-négligeable pour l'établissement français du sang, qui appelle régulièrement à la solidarité tant ses réserves sont minces. En France, chaque année, un million de personnes sont soignées grâce aux dons du sang.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Marisol touraine Homosexualité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants