1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nucléaire : vers une annonce "historique" d'Emmanuel Macron ?
1 min de lecture

Nucléaire : vers une annonce "historique" d'Emmanuel Macron ?

Le président de la République pourrait annoncer la semaine prochaine la fermeture de plusieurs centrales et la construction de nouvelles en parallèle.

Emmanuel Macron, le 15 octobre 2018
Emmanuel Macron, le 15 octobre 2018
Crédit : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Nucléaire : vers une annonce "historique" d'Emmanuel Macron ?
00:02:01
Nucléaire : vers une annonce "historique" d'Emmanuel Macron ?
00:02:01
Dominique Tenza & La rédaction numérique de RTL

C'est une phrase passée presque inaperçue la semaine dernière au cours de l'intervention d'Emmanuel Macron. Le Président y a évoqué les décisions à venir en matière énergétique, notamment. Des changements "historiques et structurants". Qu'a voulu dire par là le chef de l'État ?

L'Élysée étudierait des annonces sur le nucléaire qui pourraient être spectaculaires. Ce pourrait être mardi prochain. Pour rappel, la loi de Transition énergétique impose de baisser la part du nucléaire en France, de la ramener à 50%. Pour l'heure, l'objectif, fixé initialement à 2025, est loin d'être atteint.

Emmanuel Macron pourrait retarder cette date de 10 ans, ce qui nous amènerait à 2035. Néanmoins, pour y parvenir, pas d'alternative : il faut fermer, en plus de Fessenheim (dont EDF a annoncé hier l'arrêt définitif), d'autres réacteurs. C'est ce qu'Emmanuel Macron s'apprête également à annoncer la semaine prochaine.

Pas d'abandon du nucléaire pour autant

Mais la France n'a pas l'intention pour autant d'abandonner, comme le réclament les écologistes, la filière nucléaire. Un rapport commandé par Bercy le mois dernier préconisait même au contraire la construction de six EPR supplémentaires, ces réacteurs dernière génération. Des constructions pour maintenir "notre savoir-faire industriel", fait-on valoir. 

Ce que n'avait pas manqué de dénoncer Nicolas Hulot lors de sa démission, chez nos confrères de France Inter. "Le nucléaire, cette folie inutile, économiquement, techniquement, sur lequel on s'entête... C'est autant de sujet sur lesquels je n'ai pas réussi à convaincre, j'en prends ma part de responsabilité", avait-il déclaré.

L'ex-ministre savait-il que le bras de fer était déjà perdu d'avance ? Ce sera sans doute l'annonce la plus spectaculaire la semaine prochaine :  elle finit d'être discutée en ce moment. La construction dans les années à venir de plusieurs nouveaux EPR (malgré les huit ans de retard pris par celui de Flamanville et le coût de sa construction qui a grimpé à 11 milliards d'euros). Avec une durée de vie 60 ans, cela inscrirait le nucléaire dans la durée. Un choix stratégique, et pour le coup, historique. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire